Lille: Une surveillante de prison filmée dans une position compromettante avec un détenu

FAITS DIVERS La scène, tournée à la maison d'arrêt de Sequedin,  a été diffusée sur les réseaux sociaux...

Francois Launay

— 

Un couloir dans un quartier de détention de la prison de Sequedin, dans le Nord.
Un couloir dans un quartier de détention de la prison de Sequedin, dans le Nord. — M.Libert/20 Minutes
  • La scène, tournée à l’insu de la surveillante, a été diffusée sur Snapchat.
  • En stage depuis plusieurs semaines, l’élève ne devrait plus pouvoir finir sa formation.
  • Une enquête a été ouverte.

La vidéo ne dure que quelques secondes, mais sa diffusion sur les réseaux sociaux a provoqué un tollé à la prison de Sequedin. Alors qu’elle était chargée de surveiller un étage de la maison d’arrêt, une surveillante, en stage depuis plusieurs semaines à Sequedin, s’arrête devant une cellule, discute avec un détenu et, se croyant seule, s’agenouille quelques instants avant de repartir.

Problème : la scène a été filmée par un téléphone et diffusée peu de temps après sur Snapchat.

« Les surveillants sont écœurés et remontés »

« Les surveillants sont écœurés et remontés. Ils sont irréprochables au quotidien et on leur met ça dans les pattes. C’est quelque chose d’insupportable. C’est compliqué et ça ternit l’image de l’administration », déplore Guillaume Pottier, secrétaire général Ufap-Unsa justice dans les Hauts-de-France

Après la diffusIon de cette vidéo, une enquête a été ouverte par l’administration pénitentiaire qui a saisi le parquet de Lille. La direction de la maison d’arrêt de Lille-Sequedin se refuse à tout commentaire tant que l’enquête est en cours.

La surveillante était en stage depuis plusieurs semaines

Mais plusieurs éléments ont déjà filtré. La surveillante en question est une stagiaire, élève à l’Ecole nationale de l’administration pénitentiaire d’Agen (Enap) et présente à la maison d’arrêt depuis plusieurs semaines. La vidéo, diffusée mercredi dernier, a été tournée deux jours avant la fin de son stage. Elle était alors en plein service.

« Il n’y a pas énormément de surveillantes qui travaillent à la prison de Sequedin, mais ça peut arriver. Si les hommes ne peuvent pas garder les femmes en prison, ce n’est pas le cas des femmes qui peuvent garder les hommes. Il n’y a pas d’explication rationnelle, mais on sait que les femmes arrivent souvent à calmer les hommes en détention et à désamorcer les conflits. Mais je n’ai jamais entendu parler de ce genre d’histoire en quinze ans. C’est vraiment un cas isolé », poursuit Guillaume Pottier.

La surveillante suspendue, le détenu déplacé dans une autre prison

Depuis la diffusion de la vidéo, l’élève stagiaire a été suspendue et ne pourra sans doute pas terminer sa formation. Une enquête préalable à la procédure disciplinaire a été engagée.

Quant au détenu de 26 ans, incarcéré à Sequedin depuis 2017 pour des affaires de vol et de trafic de stupéfiants, il a été transféré dans un autre établissement. Trois téléphones, dont celui ayant permis de tourner la scène, ont été retrouvés dans sa cellule.