Bac 2018: Suite et fin de l'affaire des calculatrices dans l'académie de Lille

ENSEIGNEMENT Les jurys se sont de nouveau rassemblés pour examiner les cas des 200 élèves floués…

Mikael Libert

— 

Des élèves découvrant leurs résultats au bac (illustration).
Des élèves découvrant leurs résultats au bac (illustration). — G. VARELA / 20 MINUTES

L’incident est clos. Lundi, le rectorat de l’académie de Lille avait de nouveau convoqué de (nombreux) jurys pour examiner les copies de près de 200 élèves qui avaient été privés de calculatrice lors de l’épreuve de physique-chimie du bac S dans trois centres d’examen de la région. Le résultat ne change rien au sort de ces candidats, qui avaient déjà été réévalués.

Vendredi, lors d’une conférence de presse, la rectrice de l’académie de Lille, Valérie Cabuil, l’avait prédit : « Je pense qu’on arrivera aux mêmes délibérations ». Et, comme si elle avait lu dans une boule de cristal, « les jurys ont confirmé les résultats arrêtés précédemment », explique le rectorat dans un communiqué. Pour autant, le même jour, la patronne de l’académie l’avait assuré : « Les jurys sont souverains, on ne fera pas en sorte d’obtenir des résultats équivalents ».

Une boulette pour corriger la boulette

Fin juin, de mauvaises consignes avaient circulé dans les centres d’examens des lycées Pierre-Forest de Maubeuge, Jean Perrin à Lambersart et Sophie Berthelot à Calais. En tout, 199 candidats au bac S avaient été privés de calculatrice. La boulette avait été « corrigée » par des inspecteurs qui avaient revu les notes pour compenser le préjudice.

Le syndicat Snes FSU avait dénoncé la manœuvre, déplorant que les jurys n’avaient pas été consultés et pointant du doigt quelques aberrations, notamment un 1/20 qui se transforme en 16/20.

Reconnaissant un « dysfonctionnement », le rectorat avait donc décidé de refaire les choses, dans les règles cette fois. Le risque était que certains élèves ayant obtenu le bac se retrouvent à finalement passer l’oral, voire être tout bonnement recalés. Il n’en a rien été. En revanche, impossible de savoir combien des 200 candidats ont obtenu le bac, le rectorat étant injoignable.