Résultats du bac 2018: Un syndicat dénonce le «scandale» des notes modifiées

BACCALAUREAT Les notes de 200 candidats au bac S ont été étrangement remontées pour compenser l’interdiction des calculatrices. Le rectorat de l’académie de Lille reconnaît un « dysfonctionnement »…

Mikael Libert

— 

Des élèves en train de plancher sur une épreuve du bac.
Des élèves en train de plancher sur une épreuve du bac. — KONRAD K./SIPA

C’est cadeau. Le syndicat enseignant Snes FSU a dénoncé, ce vendredi, un « scandale au bac dans l’académie de Lille ». Les correcteurs d’épreuves du bac scientifique ont découvert que les notes qu’ils avaient données avaient été « modifiées sans aucune logique ». Cela concerne environ 200 élèves ayant passé l’épreuve dans trois lycées des Hauts-de-France.

L’histoire a commencé fin juin, lors du passage de l’épreuve de physique-chimie dans les lycées Pierre-Forest de Maubeuge, Jean Perrin à Lambersart et Sophie Berthelot à Calais. Les élèves ont été empêchés d’utiliser leurs calculatrices en appliquant « par erreur » une ancienne circulaire avait expliqué le rectorat. La bourde reconnue, les candidats avaient été assurés que leurs copies allaient être corrigées avec indulgence.

« Pour éviter les recours »

Et c’est jeudi, lors du jury de bac au lycée Wallon de Valenciennes, que les examinateurs et correcteurs ont découvert l’indulgence en question. « Les notes avaient été modifiées sur les relevés sans que les jurys aient pu en délibérer », s’insurge Vincent Perlot, représentant syndical Snes FSU. Selon le syndicat, « le rectorat a fait en sorte qu’aucun des 200 candidats privés de calculatrice ne soit ajourné, poursuit-il. L’ordre a été donné pour éviter les recours ».

Le syndicat affirme par ailleurs que « les notes ont été modifiées sans aucune autre logique que la logique comptable ». Une note de 1/20 a été remontée à 16/20 en physique-chimie. Un 7/20 s’est transformé en 15/20 en maths… « Le pire c’est qu’un élève qui n’a pas passé l’épreuve de mathématiques s’est retrouvé avec un 9/20 », se désole Vincent Perlot. Sur ce dernier point, le rectorat affirme que le candidat était bien présent.

Pour le Snes FSU, il y a un véritable problème d’équité : « Avec les forts coefficients de ces épreuves, des élèves qui n’ont rien fait de l’année vont avoir leur bac. Il n’a même pas été tenu compte des dossiers scolaires pour réévaluer les notes. Ce n’est pas juste par rapport aux autres candidats ».

« J’estime en effet, il y a eu dysfonctionnement »

« J’estime en effet, il y a eu dysfonctionnement », a reconnu Valérie Cabuil, la rectrice de l’académie de Lille, ce vendredi. Elle a néanmoins précisé « que les notes n’avaient pas été données au pif, mais en se basant sur les livrets scolaires des candidats concernés ».

Pour que les choses soient faites « dans les règles », le rectorat a de nouveau convoqué les jurys, lundi, pour revoir les copies de ces 200 élèves. Les bacheliers concernés ont-ils raison de frémir ? Sans doute pas. « Je pense qu’on arrivera aux mêmes délibérations », a assuré la rectrice.

>> A lire aussi : Bac 2018: Découvrez les résultats!