Nord: On a retrouvé la petite sirène, en chair et en os, et elle est de Tourcoing

INSOLITE Une jeune Tourquennoise a décidé de devenir sirère professionnelle, un métier singulier...

Gilles Durand

— 

Lexie, la sirène de Tourcoing.
Lexie, la sirène de Tourcoing. — G. Durand / 20 Minutes
  • A 26 ans, Alexia Greco a monté une autoentreprise pour devenir sirène professionnelle.
  • La jeune fille de Tourcoing confectionne elle-même ses costumes de sirène.

« C’est un rêve de petite fille qui est devenu réalité. » Alexia Gréco joue désormais régulièrement les sirènes dans les piscines ou les aquariums de la région et de Belgique. Un destin singulier pour cette jeune styliste de Tourcoing, âgée de 26 ans, qui s’est jeté à l’eau dans ce métier, en début d’année.

« J’ai adopté le statut d’autoentrepreneur après un an en couveuse d’entreprises », explique Alexia, alias Lexie, de son nom de sirène professionnelle. Equipée d’un costume qu’elle a elle-même confectionné, elle anime les anniversaires d’enfant – mais aussi parfois les séminaires — et donne des cours et des spectacles, chaque mois, dans un aquarium à Beringen, en Belgique.

Assistante styliste à La Redoute

L’idée de devenir sirène a germé, il y a deux ans. Après des études d’infographie à l’Esaat de Roubaix et de stylisme à Bruxelles, la jeune fille intègre La Redoute comme assistante styliste.

Lexie a participé à une convention de sirènes, en avril 2018, en Belgique.
Lexie a participé à une convention de sirènes, en avril 2018, en Belgique. - Luc Penin

« C’est à ce moment-là que je me suis rendu compte que je ne pouvais pas rester tout le temps derrière un ordinateur, raconte-t-elle. Je faisais de la danse, j’aimais nager. J’ai cherché une activité dans ce domaine et j’ai découvert, sur internet, ce métier de sirène qui existait aux Etats-Unis. »

« J’avais très peur que le jury me rie au nez »

Lexie savait nager avec des palmes et maîtrisait l’apnée. La métamorphose pouvait commencer. « J’ai d’abord fabriqué ma première nageoire et, en juillet 2016, j’ai fait une première tentative sur la plage en Corse. Honnêtement, j’étais inquiète de la réaction des gens », se souvient-elle.

Le regard amusé et curieux des touristes la convainc de se lancer dans le grand bain. « La première fois que j’ai présenté mon dossier au BGE, un réseau d’accompagnement à la création d’entreprise, j’avais aussi très peur que le jury me rie au nez, avoue-t-elle. Au contraire, l’originalité du projet a été bien accueillie et on m’a encouragée. »

Grâce à Lexie, les petits enfants peuvent ainsi découvrir que la petite sirène du conte d’Andersen existe vraiment. « J’adore faire profiter les petits de ce côté magique. J’ai souvent des retours des parents qui me disent que leur fille n’arrête pas de parler de moi. »

En France, elles sont trois ou quatre à exercer ce métier en France… Comme des poissons dans l’eau.

>> A lire aussi : VIDEO. On a assisté à un cours de sirènes!