Nord: Le charcutier Jean Caby en liquidation judiciaire, 232 salariés licenciés

ECONOMIE La dernière offre de reprise a été considérée comme irrecevable par le tribunal de commerce de Lille…

avec AFP

— 

L'usine Jean Caby, à Saint-André, va fermer.
L'usine Jean Caby, à Saint-André, va fermer. — Google maps

Ce mercredi, le tribunal de commerce de Lille a prononcé la liquidation judiciaire du charcutier Jean Caby, basé à Saint-André, près de Lille. Après presque un siècle d’activité, le spécialiste de la saucisse cocktail va licencier ses 232 salariés.

« Le tribunal a constaté l’irrecevabilité de la dernière offre présentée […] et a donc décidé de prononcer la liquidation judiciaire de la société, entraînant le licenciement de tous les salariés », a affirmé à l’AFP l’avocat des salariés, maître Ralph Blindauer.

Aucune offre de reprise satisfaisante

L’offre de reprise présentée mercredi au tribunal par un Danois prévoyait de reprendre 122 salariés. « Elle n’a recueilli l’adhésion d’aucune des parties dans cette procédure », selon l’avocat. « Si on avait eu la certitude qu’il allait bien reprendre 122 salariés et qu’il allait continuer à faire tourner l’entreprise correctement, on aurait dit oui, mais le dossier n’était vraiment pas solide », a-t-il ajouté.

Jean Caby appartient, depuis 2012, à la société américaine Foxlease food, représenté par Eric Steiner, qui n’a pas souhaité s’exprimer à l’issue de l’audience, tout comme l’avocate de l’entreprise.

Travail arrêté et distribution de marchandise

Placée en redressement judiciaire depuis décembre, l’entreprise, presque centenaire, va fermer ses portes vendredi. Une fois tombée la décision du tribunal, l’intégralité des salariés a cessé de travailler.

« On s’y attendait, ça fait six mois qu’on nous balade, je n’ai jamais cru à la reprise. Maintenant, il faut se battre pour partir dans de bonnes conditions », lance Sébastien, 41 ans. « Même si c’était prévisible, c’est vraiment triste, au bout de 26 ans de boîte être mis dehors comme ça, ça fait un peu mal… », ajoute Stéphane, un collègue à ses côtés.

Les salariés organiseront une distribution gratuite de saucisses devant l’usine, jeudi matin. « On a plus de boulot et on a un stock de saucisses, plutôt que de laisser pourrir 50 tonnes de marchandises on va les donner », explique ainsi Mouloud Amara, délégué CGT.