Lille: Le projet de tram jusqu'à l'aéroport de Lesquin prend l'eau

TRANSPORTS Une délibération sur ce projet, qui devait être votée lors du dernier conseil métropolitain, n'a finalement pas été présentée...

Mikael Libert

— 

Le projet de tram entre Lille et Lesquin est compromis (illustration).
Le projet de tram entre Lille et Lesquin est compromis (illustration). — M.Libert / Archives 20 Minutes
  • La délibération sur le projet de tramway devait être présentée au conseil métropolitain, vendredi.
  • Les élus de villes comme Ronchin ou Faches s’interrogeaient sur la pertinence du tracé de la ligne.
  • Le dossier pourrait être repoussé à l’après 2020, date des prochaines élections municipales.

Le sort semble s’acharner contre Damien Castelain, le président de la Métropole européenne de Lille. Après la vidéo polémique, les factures discutables, c’est son grand projet de ligne de tram entre Lille et l'aéroport de Lesquin qui a pris du plomb dans l’aile en fin de semaine dernière.

Selon nos informations, le président de la MEL savait depuis un bout de temps déjà que ce n’était pas gagné, notamment à cause des élections municipales qui se profilent à l’horizon 2020. Nos confrères de La Voix du Nord ont confirmé l’explosion du consensus autour du projet lors d’une réunion entre élus qui a eu lieu mercredi dernier.

Un retrait plutôt qu’un revers

La délibération sur le projet de tramway devait être présentée au conseil métropolitain, vendredi. Elle devait, notamment, permettre le lancement de l’appel d’offres pour la conduite du projet. Mais Damien Castelain a dû se résoudre à la retirer de l’ordre du jour face à une fronde qui aurait sans doute abouti au rejet de cette délibération. Selon nos confrères, le groupe MCU espérait davantage de temps pour la réflexion et les élus de villes comme Ronchin ou Faches s’interrogeaient sur la pertinence du tracé de la ligne.

Le principal reproche qui est fait au président de la MEL est le manque de concertation et de travail en commun sur un dossier qui pèse tout de même entre 250 et 350 millions d’euros. Le projet n’est pas abandonné pour autant, mais on ignore quand cette fameuse délibération pourra être représentée. Si ce sont effectivement les élections municipales à venir qui poussent les élus à traîner les pieds, cela nous ramène à 2020. Sauf qu’après les municipales, c’est au tour de la MEL de renouveler son exécutif. La question est de savoir si Damien Castelain, porteur du projet, sera reconduit pour un second mandat.