Lille: La crème du jeu vidéo français pose ses manettes au Nouveau Siècle

HIGH-TECH Pendant deux jours, plus de 700 professionnels du jeu vidéo ont participé à la seconde édition du « Game camp » France…

Mikael Libert

— 

Un gamer joue au jeu Dofus, du nordiste Ankama.
Un gamer joue au jeu Dofus, du nordiste Ankama. — M.Libert / 20 Minutes
  • Les professionnels du jeu vidéo étaient rassemblés à Lille pour un « Game camp ».
  • Dans ce domaine, les Hauts-de-France sont une des régions les plus dynamiques.
  • La création d’une cérémonie des « Césars du jeu vidéo » a été annoncée.

Ils ont bossé dur pour vous divertir. Lundi et mardi, le Nouveau siècle, à Lille, accueillait le Game camp France, un événement réservé aux professionnels du jeu vidéo. Il ne s’agit pas d’un salon où les éditeurs présentent leurs nouveautés mais plutôt un marathon de conférences dans lesquelles sont abordés tous les aspects du jeu vidéo d’aujourd’hui et de demain.

Si l’on n’est pas du milieu, il faut à tout le moins être geek pour déchiffrer ne serait-ce que le programme des conférences. On y parle de « motion design », de « cloud computing », de « studio remote » ou « d’améliorer l’UX » d’un jeu. « C’est en effet très technique, reconnaît Julien Villedieu, délégué national du Syndicat du jeu vidéo. Mais le but est de transmettre les savoirs entre pairs, que ce soit en termes de design, de développement ou de jeu ».

Une dynamique nordiste entre entreprises et écoles

Car, si 95 % du marché du jeu vidéo Français se fait à l’export selon le délégué, ce dernier assure « qu’en France nous sommes parmi les meilleurs au monde dans ce domaine ». Pour preuve, Ubi Soft, l’un des plus gros studios au monde est bien français. Et la région n’est pas en reste : « Il y a une vraie dynamique ici, il suffit de regarder les entreprises comme Ankama ou Bigben interactive et les écoles comme Pôle IIID et Supinfogame », poursuit Julien Villedieu, précisant qu’il n’existait pas moins de 35 sociétés indépendantes de jeu vidéo dans les Hauts-de-France.

Pour mettre en valeur ce savoir-faire français, il a été décidé de la création, pour 2019, de l’Académie des professionnels du jeu vidéo : « Ce sera une sorte de cérémonie des Césars version gaming avec des sélections de jeux qui seront testés puis récompensés par un jury », détaille Julien Villedieu.

Un secteur engorgé

Malgré l’arrivée de nouveaux supports comme le mobile, le secteur est engorgé. Plus de 700 applications sortent chaque jour dans le monde. Pour se démarquer, il faut mettre le paquet sur le marketing et écouter les consommateurs. C’est le credo de Play in Lab, une société basée à Tourcoing. « Nous recrutons des testeurs pour les jeux vidéo que l’on paye au temps passé, entre 20 et 50 euros », explique Chloé Turpin. Les profils recherchés sont larges : de l’enfant au « hardcore gamer ». La seule règle immuable est la confidentialité car « c’est un milieu très concurrentiel », glisse Chloé.