Nord: La radio numérique débarque à Lille et dans d'autres villes de la région

MEDIAS On va pouvoir écouter cinquante nouvelles stations grâce à la radio numérique, dans cinq villes du Nord et du Pas-de-Calais, dont Lille…

G.D. avec AFP

— 

Poste de radio récepteur numérique (archives)
Poste de radio récepteur numérique (archives) — © Fabrice ELSNER
  • La radio numérique a été lancée, officiellement, ce mardi, à Lille, Calais, Dunkerque, Lens-Douai et Valenciennes.
  • Une cinquantaine de radios participent à ce lancement dans les Hauts-de- France, dont une trentaine jusqu'ici absentes de la FM.
  • C’est le 1er lancement pour la radio numérique terrestre en France depuis 2014.

C’est une technologie qui a du mal à s’installer en France. La radio numérique a été lancée, officiellement, ce mardi, à Lille et dans quatre autres agglomérations des Hauts-de-France, espérant ainsi lui donner un nouveau souffle.

À condition d’être équipés d’un récepteur compatible, les habitants de Lille, Calais, Dunkerque, Lens-Douai et Valenciennes peuvent désormais goûter aux avantages de la technologie DAB + (radiodiffusion numérique via les ondes hertziennes) : meilleure qualité du son, flux de données associées, et surtout un plus grand choix de stations.

Retour de RFI et FIP

Une cinquantaine de radios participent à ce lancement dans les Hauts-de- France, dont une trentaine jusqu’ici absentes de la FM. Il s’agit principalement de radios indépendantes, associatives ou publiques, comme RFI ou FIP, qui avait perdu sa fréquence FM lilloise en 2000.

« Avec un réseau FM saturé, il y avait besoin d’accéder à des canaux supplémentaires, et de garantir le choix d’écoute, ce que va permettre le DAB + », s’est félicité François Decoster, vice-président de la région Hauts-de- France chargé de la Culture, lors d’une cérémonie officielle à Lille.

C’est le 1er lancement pour la radio numérique terrestre en France depuis 2014, après Paris, Marseille et Nice. Ce mode de diffusion peine à se développer en raison principalement de cette hostilité des grandes radios privées.

Couvrir 70 % de la population d’ici à 2020

« On est au bout du tunnel et d’autres lancements vont intervenir avec Lyon et Strasbourg d’ici la fin de l’année », a souligné Nicolas Curien, membre du CSA en charge du dossier, lequel prévoit de couvrir, d’ici à 2020, 70 % de la population.

Ce déploiement s’effectue en complément de la diffusion FM, la radio numérique n’ayant pas pour le moment vocation à s’y substituer, contrairement à la télévision où la TNT avait supplanté la diffusion analogique en 2005.

>> A lire aussi : Coup de gueule des petites radios en faveur de la radio numérique terrestre