Lille: Les curieuses factures sur lesquelles le président de la Métropole de Lille refuse de s'expliquer

POLITIQUE Damien Castelain est accusé d’avoir utilisé l’argent du contribuable pour ses dépenses personnelles…

Gilles Durand

— 

Le président de la Métropole de Lille, Damien Castelain
Le président de la Métropole de Lille, Damien Castelain — M.Libert/20 Minutes

Il a d’abord dénoncé une « chasse à l’homme téléguidée » avant de se murer dans le silence. Contacté par 20 Minutes, le président (SE) de la Métropole de Lille (MEL), Damien Castelain, refuse de s’expliquer depuis qu’un article du site d’informations Médiacités, paru vendredi, l’a accusé de prendre « quelques libertés avec l’argent du contribuable ».

Selon le site, certaines dépenses de Damien Castelain, pour environ 11.000 euros entre janvier 2017 et mai 2018, ne correspondent pas à ses fonctions d’élus, mais s’apparentent plutôt à des dépenses personnelles. Et de citer des achats de parfum, des séances de hammam ou encore des livraisons de bouquets de fleurs ou de chemises à son domicile, factures à l’appui.

Une régie pour « être transparent »

Lors de l’ouverture du conseil métropolitain, vendredi, le président de la MEL a expliqué avoir créé, avec l’aval de la majorité des élus, une régie « pour les frais de représentation ou de cadeaux protocolaires » afin d'« être transparent ». Cette régie d’avances, sorte de caisse personnelle, doit ainsi éviter les lourdeurs administratives, selon son entourage.

Reste que, pour l’instant, Damien Castelain refuse de se justifier sur ces dépenses qui ont pourtant été payées par le contribuable.

Le président de MEL est, par ailleurs, mis en examen pour « trafic d’influence passif » et « complicité de favoritisme » dans l’enquête sur l’attribution du marché du stade Pierre-Mauroy à Eiffage en 2008. A l’époque, il était vice-président de la communauté urbaine de Lille, chargé de l’écologie urbaine.

>> A lire aussi : Absentéisme: Les élus de Tourcoing semblent bouder la Métropole de Lille