Renault investit un milliard en France sur les véhicules électriques

ECONOMIE Les sites du constructeur automobile dans les Hauts-de-France toucheront leur part du gâteau…

M.L. avec AFP

— 

L'usine Renault de Douai.
L'usine Renault de Douai. — M.LIBERT/20 MINUTES
  • Renault est devenu le numéro un européen sur ce type de motorisations.
  • En 2017, Renault a affiché une hausse de 38 % de ses ventes de véhicules électriques en Europe, avec notamment 32.000 Zoe vendues.

Ce jeudi, le constructeur automobile Renault a annoncé qu’il allait investir « plus d’un milliard d’euros » en France d’ici à 2022. Il s’agit pour lui de développer la production de véhicules électriques, notamment dans le Nord.

Renault a été, avec son partenaire japonais Nissan, un des pionniers des véhicules électriques, sous l’impulsion de son PDG, Carlos Ghosn. Il est devenu le numéro un européen sur ce type de motorisations. Son modèle vedette, Zoe, s’est vendu à 32.000 exemplaires en 2017.

Douai, Maubeuge et Ruitz vont croquer

Dans son plan stratégique « Drive the future », Renault prévoit, notamment, la fabrication de modèles électriques dans son usine de Douai à partir de 2021. Toujours à Douai, il est aussi prévu « l’introduction d’une nouvelle plateforme électrique », issue de son alliance avec Nissan et Mitsubishi, pour créer un deuxième site de production Renault de véhicules électriques.

Le constructeur prévoit aussi « des investissements » à Maubeuge, pour la production de la prochaine génération de Kangoo électriques. Selon le conseil régional des Hauts-de-France, « l’usine STA de Ruitz produira la boîte de vitesses pour véhicules électrifiés dès 2019 ».

Capacité doublée à Flins, triplée à Cléon

D’ici à 2022, les capacités de production de la Zoe sur le site de Flins, le seul à assembler ce modèle, passeront de 60.000 unités par an en 2018 à environ 120.000. Une nouvelle plateforme de véhicules sera par ailleurs attribuée à ce site en 2019.

Renault annonce également un « triplement des capacités de production de moteurs électriques » à Cléon (Seine-Maritime) où il va introduire un moteur « de nouvelle génération » en 2021. Les capacités passeront de 80.000 à 240.000 moteurs par an d’ici à 2022.

« L’accélération de nos investissements en France pour le véhicule électrique va permettre d’améliorer la compétitivité et l’attractivité de nos sites industriels français », a déclaré Carlos Ghosn, cité dans le communiqué.

Un marché en nette croissance

En 2017, Renault a affiché une hausse de 38 % de ses ventes de véhicules électriques en Europe. La Zoe a progressé de 44 % et revendique près du quart des ventes de voitures électriques sur le marché européen.

Le gouvernement français avait annoncé, fin mai, un « contrat stratégique de la filière automobile ». Ce contrat vise une multiplication par cinq des ventes de véhicules électriques d’ici à 2022 et un objectif de 100.000 bornes de recharge, avec un soutien financier de l’Etat.