Lille: Martine Aubry ne veut pas priver ses policiers de leurs caméras

SÉCURITÉ La police municipale de Lille expérimentait un dispositif de caméras piétonnes depuis un an…

Mikael Libert

— 

Police Municipale. (Illustration)
Police Municipale. (Illustration) — M.LIBERT / 20 MINUTES

Clap de fin. Depuis lundi, les 13 caméras piétonnes portées par la police municipale de Lille sont éteintes. Ce n’est pas une question de piles, mais simplement la fin d’une expérimentation qui a duré un an. Cependant, la maire de Lille, Martine Aubry, a demandé la prolongation du test au ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb.

La ville de Lille s’était tout de suite portée candidate pour expérimenter le dispositif de caméras piétonnes. A l’époque, personne ne s’attendant à des miracles, mais la municipalité comptait sur le côté dissuasif : « Bizarrement, cette caméra protège aussi l’agent car la simple possibilité de déclencher l’enregistrement calme parfois certaines ardeurs », avait déclaré à 20 Minutes, Franck Hanoh, adjoint à la sécurité de Lille.

L’argument des rodéos urbains

Et donc, depuis lundi, les agents ne sont plus autorisés à faire fonctionner leur troisième œil. Pour autant, il n’avait pas été question de ne plus les porter. Dans une lettre adressée au ministre de l’Intérieur, ce vendredi, Martine Aubry a rappelé « l’effet dissuasif du port de caméras, même sans déclenchement ». Un effet dissuasif qui ne fonctionne pas si, en face, on sait très bien que l’objet restera éteint. Ainsi, la maire de Lille demande à Gérard Collomb d’organiser « sans tarder les conditions de maintien de l’expérimentation » en attendant qu’une loi ad hoc soit votée.

Pour convaincre le locataire de Bauveau, l’élue socialiste évoque le phénomène des rodéos urbains : «  Le port des caméras lors des interventions peut être un atout pour l’identification des auteurs », argumente-t-elle. Affaire à suivre.