Lille: Un restaurant vandalisé par des militants antispécistes

FAITS DIVERS Les vitrines de Canard Street ont été brisées dans la nuit de dimanche à lundi…

Mikael Libert

— 

Le restaurant Canard Street a été vandalisé à Lille.
Le restaurant Canard Street a été vandalisé à Lille. — M.Libert / 20 Minutes

La série continue. Dans la nuit de dimanche à lundi, le restaurant Canard Street, à Lille, a été la cible de vandales. Outre les vitrines brisées, les deux assaillants ont inscrit un tag « Non au spécisme ». Un mode opératoire qui n’est pas sans rappeler les attaques d'une boucherie et d’une poissonnerie qui ont eu lieu depuis le milieu du mois de mai, à Lille.

Ce sont les employés qui ont fait la découverte, lundi matin, vers 7h30, en arrivant pour préparer le service du midi dans le restaurant Canard Street, rue de Béthune, à Lille. Plusieurs pierres avaient été jetées contre les vitrines du restaurant et l’inscription « Non au spécisme » avait été taguée sur la façade. le spécisme est une idéologie qui hiérarchise les espèces vivantes et place l’homme au-dessus de toutes les autres.

Filmés par une caméra de vidéosurveillance

« Ils étaient deux, le visage cagoulé. A l’apparence, je pense qu’il s’agissait de deux hommes », explique Kilian, un employé. Ce dernier est sûr de son coup parce que l’attaque a été filmée par une caméra de vidéosurveillance installée derrière la vitrine.

« Les policiers sont venus faire les constatations. Ils ont embarqué les pierres pour les analyser parce que les personnes ne portaient pas de gants », poursuit l’employé.

Le restaurant Canard Street a été vandalisé à Lille.
Le restaurant Canard Street a été vandalisé à Lille. - M.Libert / 20 Minutes

C’est une autre employée qui va aller déposer plainte, dans l’après-midi, au commissariat de Lille. « Les gérants sont absents, ils tenaient un stand Canard Street dans un festival ce week-end, confie-t-elle à 20 Minutes. Ils sont dégoûtés, énervés et tristes ».

« Nous n’avions pas reçu de menaces mais après la boucherie et la poissonnerie, nous ne sommes pas étonnés qu’ils se soient attaqués à nous », glisse Kilian. En effet, le mode opératoire est exactement le même que celui utilisé pour vandaliser la boucherie de la rue Esquermoise, le 15 mai, et une poissonnerie de Wazemmes deux jours plus tard.

A chaque fois, le tag « Stop au spécisme » avait été inscrit sur les façades, montrant du doigt des militants végan radicaux. « Ce type d’action décrédibilise la cause qu’ils sont censés défendre. Nous avons d’ailleurs reçu le soutien de vegans », assure un autre employé du restaurant.