Lille: Campus Market aide les étudiants en galère de meubles

INITIATIVE Deux jeunes Lillois ont créé une association pour collecter et revendre le mobilier des étudiants qui quittent les campus…

Mikael Libert

— 

C'est pour éviter ce type de galère que Campus market intervient.
C'est pour éviter ce type de galère que Campus market intervient. — P.Magnien / 20 Minutes
  • Campus Market récupère les meubles des étudiants qui quittent la métropole.
  • L’asso utilise des chariots-vélos pour réduire son impact environnemental.
  • Des ventes à bas prix seront organisées à la rentrée de septembre.

Personne n’aime les déménagements. Chaque année, avant l’été, des milliers d’étudiants en fin de cycle quittent les campus de la métropole lilloise. En septembre, des milliers d’autres arrivent. Parmi ceux-là, tous n’habitent pas chez papa-maman. Ils doivent donc trouver un logement et acheter les meubles qui vont avec. Mobilier dont ils se débarrasseront quelques années plus tard. C’est là que Campus Market intervient.

« En mars 2017, il a été constaté plus de 160 dépôts sauvages de mobilier dans le quartier de Vauban, à Lille », assure Paul Celerier, co-fondateur de l’association Campus Market et, par ailleurs, élève ingénieur. Selon lui, quand un étudiant quitte un campus, peu de solutions s’offrent à lui pour se débarrasser de son mobilier inutile : « Le délai d’attente pour les encombrants est trop long, la vente en ligne demande du temps et les entreprises de déménagement sont onéreuses. »

Enlèvement gratuit, vente à bas prix

Sensibilisés au zéro déchet et ayant été confrontés à ce problème, avec une amie, ils ont eu l’idée d’un service de récupération gratuite des meubles inutiles : « Sur la page Facebook de l’asso, les étudiants prennent rendez-vous et nous venons dans les deux jours pour récupérer leurs meubles », explique Paul, précisant que seuls les campus de Lille et Roubaix sont concernés pour le moment. Pour le côté écolo, les enlèvements se font à l’aide de chariots-vélos sur lesquels l’association assure pouvoir embarquer jusqu’à 150 kg de mobilier.

Les meubles sont ensuite stockés en attendant la rentrée : « En septembre, nous allons organiser de grandes ventes sous chapiteaux au cœur des campus, poursuit-il. Les prix seront très bas, il faudra compter environ cinq euros pour une chaise et 50 euros pour un canapé. » Les fonds récoltés serviront, notamment, à financer l’achat d’autres chariots-vélos pour développer le rayon d’action de l’association à d’autres campus de la métropole.

« Nous reversons également 10 % des recettes aux Planteurs volontaires et espérons pouvoir rémunérer les personnes qui pilotent les chariots-vélos, sans doute sous la forme de jobs étudiants », affirme Paul, ajoutant que les huit membres de Campus Market étaient tous bénévoles.