Lille: Avec l'arrivée des beaux jours, c'est le retour des rodéos en deux roues

SOCIETE Dans plusieurs quartiers de Lille, les auteurs de gymkhana à moto se sont montrés particulièrement violents…

Mikaël Libert

— 

Les rodéos se multiplient à Lille (illustration).
Les rodéos se multiplient à Lille (illustration). — HADJ/SIPA
  • Des violences ont éclaté lors de rodéos sauvages dans plusieurs quartiers de Lille.
  • La mairie a réclamé des peines exemplaires pour les auteurs.
  • Interpeller les auteurs de rodéos est compliqué selon un policier syndicaliste.

« On a passé un cap dans la violence. » C’est le constat dressé par la présidente du quartier Bois-Blancs, à Lille, après que des habitants ont tenté de s’opposer à un rodéo à moto, dimanche soir. Au même moment, à Lille-Fives, plusieurs personnes à moto ont fait du gymkhana en pleine braderie. Ce phénomène, récurrent, laisse les forces de l’ordre et la justice (presque) démunies.

Une violence inédite

« Les rodéos, ce n’est pas nouveau. Il y en a toujours eu. Mais cette fois, il y a eu un cap de franchi. Je suis encore choquée de la violence de ces personnes », assure Vinciane Faber, président du quartier Bois-Blancs. Plusieurs habitants avaient été frappés après avoir tenté de s’opposer à des individus qui faisaient du rodéo à moto dans un parc.

Dans le quartier de Lille-Fives, ce sont une quinzaine de personnes chevauchant motos et scooters qui ont semé la pagaille en pleine braderie. Là encore, un homme a été blessé en essayant de les arrêter. « Ces personnes ont un sentiment d’impunité », se désole Vinciane Faber.

« Des interventions très difficiles »

Car, si l’individu interpellé à Fives est aujourd’hui derrière les barreaux, ce n’est pas directement pour les faits de dimanche soir. « Ce sont des interventions très compliquées, il faut prendre en compte la sécurité des personnes, reconnaît Arnaud Boutelier du syndicat de police Alliance. Si on n’intervient pas, on sera montré du doigt. Et si l’auteur se blesse ou se tue, il y aura des émeutes pendant une semaine ».

Des motos saisies par la police de Lille et vouées à la destruction.
Des motos saisies par la police de Lille et vouées à la destruction. - Police nationale

Contre les rodéos, Martine Aubry, maire de Lille, a demandé des « peines exemplaires et des actions coordonnées ». « Ce n’est pas si simple. Pour retenir la mise en danger de la vie d’autrui par exemple, il faut que les faits aient été constatés et qu’une victime putative dépose plainte », assure-t-on au parquet de Lille. « Sauf que les personnes ont souvent peur des représailles », déplore Vinciane Faber.

Des renforts policiers déployés

« Il faut s’attaquer aux véhicules et prononcer des peines de fortes amendes », avance Arnaud Boutelier. « Des motos saisies, nous en avons des tas dans le garage du commissariat central », affirme une source policière. "Sur l’année 2017, 526 engins ont été saisis sur le département, dont 267 sur Lille, Roubaix et Tourcoing", précise cette source. La même année, une cinquantaine d’individus auteurs de rodéos ont été interpellés.

« Je m’attends au pire pour le week-end qui arrive », déplore l’élue de Bois-Blancs. « Des renforts de la BST et des CRS vont être déployés dans les quartiers propices aux rodéos », a affirmé la direction de la sécurité publique.