Procès symbole autour du lait à Douai

Olivier Aballain - ©2008 20 minutes

— 

Alors que le prix du lait continue de monter, ils entendent faire « le procès de Nestlé ». Les sept agriculteurs jugés aujourd'hui au tribunal de grande instance de Douai seront pourtant bien au banc des accusés cet après-midi. Nestlé leur reproche une action menée à l'appel de la Confédération paysanne à l'usine de produits laitiers de Cuincy. En décembre 2004, une cinquantaine de militants y avaient subtilisé des cartons de desserts lactés, avant de les redistribuer à Lille. Objectif : protester contre la baisse du prix du lait imposée à l'époque par la firme aux producteurs.

Nestlé n'avait pas vraiment « goûté » leurs arguments. Et les sept militants se retrouvent aujourd'hui face à une accusation de « vol en réunion », qui théoriquement peut leur valoir jusqu'à cinq ans d'emprisonnement. « Ce n'était pas du vol, explique Antoine Jean, producteur de lait à Nomain, mais une action syndicale. » Ce n'est pas l'avis de Nestlé, qui évalue le préjudice à plus de 10 000 euros, d'après Emmanuel Riglaire, avocat des militants. Lesquels veulent un procès symbole, et appellent à un rassemblement de soutien à partir de 11 h devant la maison des associations de Douai. « Nestlé n'a pas apprécié que l'on pointe ses marges scandaleuses en plus du prix du lait », explique Jean-Michel Sauvage, l'un des co-accusés. Le reproche tient toujours, même si le prix payé au producteur a augmenté de 30 % en un an. « Les industriels reportent immédiatement les augmentations, pas les baisses », remarque Antoine Jean. Interrogé, Nestlé n'a pas souhaité répondre.