Lille : Les Papillons Blancs veulent sensibiliser les commerçants lillois au handicap mental

SOLIDARITE Une trentaine de personnes de l’asso les Papillons Blancs ont sillonné les commerces lillois pour favoriser la prise en compte des besoins spécifiques des handicapés mentaux…

Gilles Durand
— 
Une équipe des Papillons Blancs sillonnent le centre-ville de Lille.
Une équipe des Papillons Blancs sillonnent le centre-ville de Lille. — G. Durand / 20 Minutes
  • Du 31 mai au 2 juin aura lieu à Lille le congrès national de l’Unapei, fédération qui s’occupe du handicap mental.
  • L’association Les Papillons Blancs profite de cet événement pour sensibiliser les commerçants lillois aux spécificités du handicap mental.

« Leur sortie, c’est un moment important pour eux ». Valérie Crampette anime des ateliers au sein des Papillons Blancs, association qui s’occupe des personnes handicapées. Selon elle, « faire ses courses est un moment privilégié pour que les personnes porteuses de déficience intellectuelle rencontrent du monde ».

Avec son équipe, elle a sillonné le centre-ville de Lille, jeudi, pour faire connaître leurs besoins spécifiques auprès des commerçants. Ils étaient une trentaine, handicapés et accompagnants, à participer ainsi à cette action de sensibilisation dans les boutiques du centre-ville. Une opération similaire doit avoir lieu, le jeudi 24 mai, dans le Vieux-Lille.

Handicap peu visible

« Le handicap mental, souvent, est peu visible, alors ça peut surprendre », souligne Olivier, bénévole aux Papillons Blancs. Avec son groupe, il a rencontré des commerçants souvent sensibles à cette situation. « Parfois, il y a quelqu’un dans leur famille qui est handicapé », explique-t-il.

Céline, employée chez Olly Gan, a même du mal à comprendre le sens d’une telle démarche. « Je trouve bizarre de faire encore une différence entre les clients en 2018. Ce sont des personnes comme les autres », note-t-elle. Sauf qu’elles nécessitent parfois un comportement adapté : parler lentement, être patient, ne pas être surpris par les manifestations de proximité…

« Heureusement qu’il y a les petits commerces »

Michèle Baelde, par exemple, habite rue des Postes, à Lille. Son handicap ne l’empêche pas de faire elle-même ses courses. Et ça se passe toujours bien. On la connaît. « Heureusement qu’il y a les petits commerces, pas loin de chez moi », se réjouit-elle. C’est son plaisir hebdomadaire.

Du 31 mai au 2 juin, se tient à Lille, le congrès national de l’Unapei, fédération qui s’occupe du handicap mental. « Ces jours-là, il risque d’y avoir de nombreuses personnes handicapées dans les rues lilloises, souligne Claire Cierzniak, pour les Papillons Blancs. Alors il nous semblait nécessaire de conseiller »