Nord: La gauche conteste le «fantasme» de la mise sous tutelle du département

POLITIQUE Les chefs de file de l’opposition PS et PCF contestent le fait que la gestion du département du Nord était dans le rouge lorsqu’ils se trouvaient à la tête de l’institution…

Gilles Durand

— 

Entrée de l'hôtel du Département, siège du conseil départemental du Nord
Entrée de l'hôtel du Département, siège du conseil départemental du Nord — Olivier Aballain / 20 Minutes

« La gestion du département n’a jamais été dans le rouge. » L’opposition PS et PCF du conseil départemental du Nord a adressé un courrier à l’ensemble des maires du Nord, à l’occasion du bilan de mi-mandat présenté par l’exécutif du département, a-t-on appris, ce jeudi.

Dans cette lettre, le socialiste et ancien président du département, Didier Mannier, et le communiste Charles Beauchamp dénoncent la présentation financière faite par son président (DVD) Jean-René Lecerf. « Contrairement à ce que la majorité laisse entendre, le département n’a jamais été en situation de faillite ou de banqueroute en 2015. Il n’a jamais été question de mise sous tutelle », assurent-ils.

Augmentation du RSA de 30 %

Ces deux élus faisaient partie de la majorité qui a dirigé le Nord jusqu’en 2015, date de l’élection de Jean-René Lecerf (DVD) à la tête du département. Ils s’appuient sur les conclusions du rapport de la Chambre régionale des comptes sur la gestion entre 2010 et 2015.

« Pour la seule année 2015, nous avons dû financer sur fonds propres 454 millions d’euros au titre du versement des allocations individuelles de solidarité », indiquent-ils, expliquant le déséquilibre financier par les charges du RSA qui ont augmenté de 30 % entre 2010 et 2015.

« Il n’y a pas eu d’envolée des dépenses de fonctionnement non plus, assurent les deux élus de gauche. Il n’y a donc pas de gestion somptuaire et dispendieuse avant 2015, comme il n’y a pas de gestion efficace et vertueuse depuis. Simplement des gestions et des priorités politiques différentes. »

>> A lire aussi : «Nous allons devoir cesser de vivre au dessus de nos moyens», prévient Jean-René Lecerf