Lille: «La nouvelle génération de papas se pose davantage de questions», selon l’auteur du blog Histoiresdepapas.com

INTERVIEW Père de jumeaux, le Lillois Pascal Van Hoorne a créé un blog dans lequel il retrace différentes expériences de papa…

Propos recueillis par Gilles Durand

— 

Pascal Van Hoorne, papa de deux jumeaux de 18 mois.
Pascal Van Hoorne, papa de deux jumeaux de 18 mois. — P. Van Hoorne
  • Le Lillois Pascal Van Hoorne a créé un blog où il raconte des expériences originales de papa.
  • Pour l’auteur du blog, on peut s’inspirer des différents témoignages.
  • Le blogueur va auto-éditer un livre pour la fête des pères.

Originaire du Béarn, Pascal Van Hoorne habite Lille depuis 15 ans. Il a décidé, après la naissance de ses enfants, d’ouvrir un blog www.histoiresdepapas.com pour parler de l’expérience d’être père.

Comment vous est venue cette idée de blog ?

Je suis devenu papa de jumeaux qui ont aujourd’hui 18 mois. Avant la naissance, j’ai cherché des conseils sur Internet pour me rassurer. Je me suis rendu compte que les informations sur la parentalité concernaient presque toujours les mamans. Or, une nouvelle génération de papas se pose des questions sur la parentalité.

Etre père aujourd’hui est différent ?

De plus en plus privilégient la famille plutôt que la carrière. Pour ma part, l’arrivée de mes enfants a changé ma vie. J’étais cadre en entreprise et j’ai changé de vie. Aujourd’hui, j’ai ma propre boîte de conseils en communication et en management.

Que peut-on retrouver dans votre blog ?

Mon idée était d’apporter un regard de papa, le mien et d’autres, sur le quotidien avec des bébés et des enfants. J’interroge des spécialistes qui apportent leur éclairage et je dresse des portraits de papas que je rencontre et qui cassent un peu les codes.

Quels conseils donnez-vous ?

Il ne s’agit pas de conseils. Ces histoires de papas ne sont pas des modèles à suivre, mais des expériences dont on peut s’inspirer. Je parle, par exemple, d’un père qui a fait un baby blues. Il raconte comment il s’en est sorti après avoir rejeté son enfant pendant deux ans.

Comment avez-vous trouvé ces portraits ?

Au départ, les gens appartiennent à mon entourage. Ensuite, c’est le bouche-à-oreille qui m’a permis de trouver de nouveaux volontaires. A Lille, c’est assez facile. Les gens sont ouverts et racontent facilement leur expérience.

Avez-vous d’autres projets ?

Je vais auto-éditer un livre pour la fête des pères, le 17 juin, à partir des témoignages que j’ai récoltés sur mon blog. Ça s’appellera Histoires de papas. Un cadeau pour les pères, même si, pour l’instant la moitié de l’audience de mon blog est féminine.