Nord: Une première école alternative et démocratique doit ouvrir à la prochaine rentrée

EDUCATION La métropole lilloise doit accueillir, pour la première fois, une école qui délivre un enseignement pédagogique alternatif, dans des yourtes…

Gilles Durand

— 

Illustration d'une yourte.
Illustration d'une yourte. — Stuart Forster / SIPA
  • La première école démocratique, qui va bientôt ouvrir près de Lille, se caractérise par une pédagogie alternative et proche de la nature.
  • Cette école doit s’appeler « école inspirée », en référence à plusieurs types d’écoles démocratiques.
  • Le principe est que les enfants et les adultes ont les mêmes droits, les mêmes devoirs et les mêmes responsabilités.

On appelle ça, « l’école démocratique ». En France, il en existe une trentaine. A la prochaine rentrée scolaire, la métropole lilloise aura aussi la sienne, à en croire le projet de quatre militants pour une éducation alternative qui ont baptisé ce nouveau lieu, «  l’école inspirée ». Reste à définir où elle va pousser : à Gondecourt, au sud de Lille ou Lys-lez-Lannoy, à l’est ?

« Nous allons nous décider à la fin du mois de mai pour pouvoir ouvrir en septembre et accueillir environ 50 élèves de 5 à 19 ans », assure Raphaelle Salmon, une Nordiste originaire de Mouvaux et adepte de l’hypno et de l’art-thérapie.

Pas de cours réguliers

Ce genre d’école privée, qui n’est pas en contrat avec l’éducation nationale, fonctionne selon une pédagogie alternative qui fait la part belle à la démocratie participative. « Les enfants n’ont pas de cours réguliers mais une liste d’enseignements qu’ils choisissent, explique Raphaelle Salmon. »

« Nous puisons nos inspirations dans plusieurs démarches comme Sudbury Valley school aux Etats-unis ou Summerhill school au Royaume-Uni, mais aussi Freinet ou Steiner, où le fonctionnement de l’école est décidé dans un conseil qui réunit enfants et adultes. Même respect et chacun prend ses responsabilités », poursuit-elle.

Des personnes « un peu perdues dans notre société »

A 27 ans, Raphaëlle Salmon a eu envie de se lancer dans l’aventure, après avoir rencontré beaucoup de personnes « un peu perdues dans notre société » : « On ne considère pas cette école comme un endroit idéal, mais ça répond aux besoins de certains enfants qui ne s’épanouissent pas dans les écoles traditionnelles. Les enfants hyperactifs ou handicapés, par exemple »

Autre particularité de ce projet : un lien très fort avec la nature avec un accueil qui se fera dans des yourtes. Avec ses trois complices, Safrane Merlier, Guillaume Madeleine et Melissa Gaglio, elle entame la dernière ligne droite. « Nous bouclons un montage financier qui est de 180.000 euros et nous espérons limiter les frais d’inscription à 1.800 euros par an pour les parents », note-t-elle.

Sachant que d’autres projets d’écoles démocratiques, comme « Nature de talents », par exemple, pourraient également voir dès la rentrée prochaine. Preuve d’un engouement nouveau pour ce type d’école.

>> A lire aussi : Une école alternative pour les enfants «différents» dans le Rhône