Marcq-en-Barœul invente l'auto-stop en circuit court

MOBILITE La municipalité applique le système du covoiturage pour de petites distances intra-muros…

Mikael Libert

— 

le maire de Marcq-en-Barœul s'essaye au court-voiturage.
le maire de Marcq-en-Barœul s'essaye au court-voiturage. — M.Libert / 20 Minutes
  • Marcq-en-Barœul met en place un système de court-voiturage.
  • C'est un vix entre l'auto-stop et le covoiturage.
  • Le service est gratuit et limité aux frontières géographiques de la commune.

C’est simple, encore fallait-il y penser. La municipalité de Marcq-en-Barœul, près de Lille, dans le Nord, entend initier ses administrés au « court voiturage ». Un mix entre l’auto-stop et le covoiturage limité aux frontières géographiques de la ville. Explications.

« Nous nous sommes inspirés de la pratique de l’auto-stop mais qui serait un tant soit peu organisée », assure Pierre Verley, adjoint en charge du développement durable à la mairie, qui a glissé l’idée à l’oreille du maire.

Le problème du dernier kilomètre

Ainsi, 25 stations de court-voiturage ont été installées en différents endroits de la commune. Elles sont matérialisées par une place de stationnement décorée d’un énorme pouce blanc sur fond bleu et comportent un panneau indiquant la destination et un petit banc pour attendre son chauffeur. « Cette expérimentation se veut complémentaire de tous les autres moyens de déplacements. L’idée, c’est de tenter de résoudre le problème du dernier kilomètre et de réduire le nombre de voitures en ville », explique Bernard Gérard, le maire de Marcq-en-Barœul.

« C’est idéal pour les personnes qui souhaitent se rendre au marché ou au cimetière. Mais aussi pour les entreprises qui ne possèdent pas de desserte de transports en commun devant leurs locaux », poursuit l’élu. Pour bénéficier de ce service, gratuit, il faudra aller retirer un petit badge en mairie à partir de la fin de cette semaine.

Simplicité, crédibilité

Néanmoins, le démarrage risque d’être un peu poussif : « Pour que cela fonctionne, il faut que les gens prennent conscience qu’être seul dans sa voiture est absurde, martèle Bernard Gérard. On sait très bien que cela ne va pas être une révolution immédiate », reconnaît-il, précisant que la mairie ne s’était fixé aucun objectif chiffré.

Pour l’instant, le dispositif est simplifié au maximum : « Des expérimentations avec une organisation trop lourde ont échoué, constate Pierre Verley. Mais on peut imaginer plus tard le développement d’une application si cela fonctionne bien », avance-t-il.