Lille: Quand des étudiants aident des réfugiés à trouver un emploi

SOLIDARITE Une association étudiante lilloise suit des réfugiés dans leur projet professionnel et les aide à décrocher des entretiens…

Joséphine Farine

— 

Les réfugiés visitent le Palais des Beaux-Arts grâce à RéAct.
Les réfugiés visitent le Palais des Beaux-Arts grâce à RéAct. — RéAct
  • RéAct aide personnellement les réfugiés dans leur parcours professionnel.
  • L'association leur fait découvrir la culture française en organisant des sorties.
  • Des actions similaires d'accueil de réfugiés existent, comme à Lille 1 par exemple.

RéAct réagit. Cette association de douze étudiants de l’ IESEG suit chaque semaine un groupe de réfugiés dans leur recherche d’emploi. Le projet de coopération solidaire existe depuis trois ans dans l’enceinte de cette école de commerce lilloise.

Les étudiants partagent leurs compétences acquises durant leurs études. Cette année, une quarantaine de réfugiés ont bénéficié des services personnalisés de RéAct au cours de séances hebdomadaires.

« Quand nous sommes arrivés à Calais, c’était très difficile, nous n’avions ni le statut de réfugié ni de papiers. En plus, on ne parlait pas français », raconte Mohammed, arrivé à Lille il y a deux ans. Au Soudan, le trentenaire était étudiant en banque et finances. Il veut aujourd’hui intégrer une formation de Gestion Logistique et Transports en alternance.

Une aide concrète

« Les rencontres commencent par un débat sur l’actualité, qui permet le développement de l’esprit critique », explique Matthieu Laporte, coprésident de RéAct. Chaque migrant, qu’ils appellent « buddy » (pote en anglais), se retrouve ensuite avec son référent. « En duo, ils rédigent des CV, des lettres de motivation et se préparent aux entretiens professionnels ou d’écoles », poursuit Matthieu.

Grâce à leur action pour l’employabilité, deux « buddies » ont décroché un emploi cette année. L’association a établi des partenariats avec d’autres structures, comme SINGA et La cravate solidaire, qui travaillent aussi sur la politique d’insertion des personnes en difficulté..

L’équipe axe aussi son projet sur la réinsertion sociale. Elle a pour cela organisé différentes sorties culturelles dans plusieurs musées lillois, comme le Palais des Beaux-Arts, mais aussi au marché de Noël. « Le partage et l’échange avec les réfugiés nous tiennent à cœur », assure le coprésident. Des liens d’amitié se sont d’ailleurs tissés entre certains étudiants et leurs « buddies ».

D’autres actions d’aides aux réfugiés à Lille existent. Par exemple, à l’université de Lille 1, les demandeurs d’asile peuvent bénéficier d’un an de cours de français intensif, avant d’intégrer une licence.