« Ce jeu réveille le côté parano de chacun »

Recueilli par Vincent Vantighem - ©2008 20 minutes

— 

Hubert Sablonnière

Initiateur de Project Killer*.

Vous allez lancer le Project Killer la semaine prochaine. De quoi s'agit-il ?

D'une sorte de jeu de rôle grandeur nature. Les participants sont armés d'un pistolet à eau. Il faut tuer les cibles dans les rues de la métropole lilloise. A la fin, il n'en restera qu'un seul.

Quelles sont les règles ?

On remet à chaque participant une fiche avec le nom de sa cible. Il dispose de sa photo et de l'adresse de son lieu de travail. Il a le droit de l'abattre dans la rue, dans les lieux publics mais pas dans les transports. Etre attaqué à coup de pistolet à eau, ça peut être dangereux quand on conduit une voiture.

Quel est le profil des candidats ?

Dix-sept personnes sont inscrites. Essentiellement des étudiants entre 18 et 23 ans. Certains sont très motivés. Il faut dire que ce jeu réveille le côté parano de chacun. Il y a toujours quelqu'un à votre poursuite. Comme dans un film. A tel point que je suis un peu déçu de ne pas pouvoir y participer. Mais c'est déjà chouette de l'organiser.