Nord-Sud, un axe moteur dans l'agglo

Olivier Aballain - ©2008 20 minutes

— 

La métropole lilloise aussi a ses deux pôles. Mais à quelques jours du vote pour la présidence de LMCU, l'heure est au discours de consensus entre le sud, avide de ­nouveaux équipements, et le versant Nord-Est, vecteur historique de l'économie métropolitaine. « Tenter d'opposer les territoires est franchement archaïque », estime ainsi Dominique Baert, maire (PS) de Wattrelos. La campagne n'a pourtant pas été un long fleuve tranquille sur ce point. « C'était le jeu, explique Michel-François Delannoy, maire (PS) de Tourcoing. Il y avait lieu de s'inquiéter du projet de Marc-Philippe Daubresse [candidat UMP à la présidence, injoignable hier] qui rompait l'équilibre en défendant l'implantation d'une gare TGV et d'un parc d'activités du côté de Seclin sans rien ici. Mais Martine Aubry a promis un débat. » Bernard Debreu, maire (PC) de Seclin - et lui aussi membre de l'équipe Aubry -, est bien sûr du même avis. « Il est normal que le versant Nord-Est, qui a supporté d'importantes difficultés, continue à bénéficier des politiques communautaires. Il ne faut oublier personne. »

Mais Michel-François Delannoy le promet : « L'important, c'est de proposer une dynamique qui bénéficie à toute la communauté urbaine. Comme sur les grands équipements, piscine ou stade... »