Arras: La librairie «Au pied de la lettre» est au pied du mur

SOCIETE Comme d’autres l’on fait avec succès, cette librairie arrageoise en appelle au participatif pour se sauver de la faillite…

Mikaël Libert
— 
De nombreuses librairies indépendantes ont eu recours au financement participatif (illustration).
De nombreuses librairies indépendantes ont eu recours au financement participatif (illustration). — M.Libert / 20 Minutes
  • Lâchée par sa banque, une librairie indépendante d’Arrasest menacée de fermeture.
  • Une campagne de financement participatif a été lancée pour tenter de la sauver.
  • Ce mode de financement a permis de sauver ou de créer de nombreuses librairies.

Difficile de rester indépendant. A Arras, dans le Pas-de-Calais, la librairie « Au pied de la lettre » est en difficulté. Lâchée par sa banque, la petite entreprise familiale a lancé une campagne de financement participatif pour ne pas mettre la clé sous la porte. Dans le milieu des libraires indépendants, le recours a cette solution a déjà été couronnée de succès, notamment à Douai, dans le Nord.

Le pire, c’est que le commerce fonctionne plutôt bien : « Dans la vente aux particuliers, nous avons un chiffre d’affaires qui a augmenté de 24 % », affirme Marie-Clémentine qui travaille dans la librairie arrageoise fondée par sa mère et sa tante il y a bientôt dix ans. Les soucis financiers que la boutique rencontre viennent, notamment, de la baisse des commandes publiques et du délai appliqué par les collectivités pour payer leurs factures.

Trouver rapidement 30.000 euros

« Début février, la banque nous a fait savoir qu’elle ne nous suivrait plus si nous ne trouvions pas rapidement 30.000 euros », poursuit la libraire. Au pied du mur, la solution du financement participatif était leur dernière solution : « Nous avions vu que ça avait fonctionné pour d’autres librairies indépendantes », reconnaît Marie-Clémentine.

Et en effet, c’est grâce à cela que La Charpente, à Douai, a pu trouver, fin 2017, les 15.000 euros qui manquaient pour poursuivre son activité. « Nos problèmes étaient différents. L’activité de la boutique pâtissait des travaux qui ont encombré la rue pendant neuf des 18 derniers mois », explique une employée de la librairie.

Pour sauver ou pour créer

Les exemples de librairies ayant eu recours aux cagnottes ne se comptent plus. Selon le site internet Livreshebdo, c’est 1,5 million d’euros qui a ainsi été levé entre 2013 et 2017 par des librairies indépendantes. Et l’ouverture de cagnottes en ligne n’est pas systématiquement utilisée pour faire face à des difficultés. Dans de nombreux cas, il s’agit aussi de trouver des fonds pour ouvrir un nouvel établissement. Ce fut le cas à Mirebeau-sur-Bèze, en Côte d’Or, où 2.500 euros ont été récoltés pour boucler le financement du Chat Pitre. Ou encore à Lille, quand la librairie La Lison a pu ouvrir ses portes après avoir récolté près de 8.600 euros.

Pour la boutique Au pied de la lettre d’Arras, rien n’est encore gagné même si c’est en bonne voie : « Nous en sommes à plus de 17.000 euros sur les 30.000 nécessaires. Ironiquement, nous serons fixés sur notre sort le 24 avril, jour de la fête des librairies indépendantes », glisse Marie-Clémentine.