La nouvelle gouvernance Aubry

Vincent Vantighem - ©2008 20 minutes

— 

Le consensus est mort. Vive la nouvelle gouvernance. Mar­tine Aubry a présenté, hier matin, le « socle » de sa future majorité à Lille métropole communauté urbaine (LMCU). Outre le groupe socialiste et apparentés, les Verts, les communistes, le MoDem, le groupe Actions et projets pour la métropole (APM) et le Rassemblement citoyen de Gérard Caudron ont signé un accord dans lequel ils s'engagent à voter pour elle, vendredi. En tout, cela représente 98 membres sur les 170 que compte l'assemblée. Comme si cela ne suffisait pas, Henri Ségard, président de Métropole passions communes (MPC) a aussi rallié la maire de Lille dans l'après-midi, lui apportant 35 voix de plus (lire ci-dessous).

« C'est un moment inédit et historique », a commenté l'élus lillois Eric Quiquet (Verts). Pas faux. Adoubée par deux tiers des élus communautaires, Martine Aubry va désormais jeter aux orties le consensus politique mis en place par Pierre Mauroy en 2001. Les compromis droite-gauche oubliés, « c'est un acte politique noble qui va nous permettre d'avancer », a réagi Dominique Baert, maire (PS) de Wattrelos. « Mais, c'est le consensus qui nous a permis, dans le dernier mandat, de fermer trois incinérateurs en un week-end », rappelait ce week-end Christian De­cocq, de l'UMP. Ce temps-là est révolu. Martine Aubry a aujourd'hui la majorité pour dicter sa propre ligne de conduite. Et elle a déjà prévenu, « j'ai horreur des béni-oui-oui ».