Lille: Un jeune nordiste aux portes du plus grand concours de métiers au monde

PORTRAIT Corantin s’apprête à représenter les Hauts-de-France aux Olympiades des Métiers pour tenter de remporter son ticket pour la finale internationale en Russie…

Joséphine Farine

— 

Le médaillé d'or et son professeur
Le médaillé d'or et son professeur — Joséphine Farine
  • Corantin a décroché une médaille d’or aux sélections régionales des Olympiades des Métiers.
  • Il se présentera à Caen pour le concours national, en novembre.
  • Il a une chance de faire partie de l’équipe de France qui partira en Russie, en 2019.

Corantin, 17 ans, se prépare pour les sélections nationales des Olympiades des Métiers dans la catégorie DAO (dessin assisté par ordinateur) qui auront lieu en novembre à Caen, en Normandie.

Tous les deux ans, les Olympiades des Métiers sélectionnent les meilleurs jeunes de chaque branche de métier pour former l’équipe de France qui va concourir lors des Worldskills International. Si Corantin remporte les épreuves nationales, il se rendra en Russie, en 2019, pour défendre les couleurs de la France.

En terminale au Lycée Professionnel Dinah Derycke, ses professeurs lui ont proposé de participer aux Olympiades des Métiers car son niveau était satisfaisant. le jeune homme a donc décidé de tenter l’aventure. Lors des sélections régionales, à Lille en mars dernier, Corantin a décroché la médaille d’or.

« On est dans une optique de concours, on sélectionne le meilleur »

Pour se préparer au mieux aux épreuves du concours national, Corantin peut compter sur le soutien de Sylvain Sgard, son professeur de mécanique. Au quotidien il initie son poulain aux différents logiciels et techniques qu’il lui sera nécessaire de maîtriser. « On corse automatiquement les sujets, on est dans une optique de concours, on sélectionne le meilleur » affirme-t-il.

Comme les grands sportifs, les compétiteurs bénéficient d’une préparation physique et mentale afin de pouvoir supporter le stress et la pression lors des épreuves. « Ils vont être chapotés par l’expert national », poursuit Sylvain Sgard.

« Tout cela est parti d’une simple proposition de mes professeurs et je réalise aujourd’hui que je vais peut-être représenter la France », glisse le candidat qui doit, en plus de la compétition, se préparer pour le baccalauréat professionnel. Par la suite, le projet du futur étudiant est d’intégrer une école d’ingénieur.