Lille: Des chauves-souris très rares découvertes dans les sous-sols lillois, puis sauvées d'une mort certaine

INSOLITE A Lille, une opération de sauvetage a été nécessaire pour permettre à des chauves-souris de sortir de leur lieu d’hibernation…

G.D.

— 

Deux murins en pleine hibernation avec condensation de gouttes d'humidité.
Deux murins en pleine hibernation avec condensation de gouttes d'humidité. — CMNF

Ils l’ont échappé belle. Des murins à oreilles échancrées, une espèce de chauve-souris très rare, avaient été découverts en février par une équipe de la Coordination mammalogique du Nord de la France (CMNF) à Lille-sud, à l’intérieur d’une ancienne carrière de craie souterraine, baptisée catiche dans le Nord.

Il y a quinze jours, ces 17 chauves-souris ont été sauvées d’une mort certaine lors d’une opération de déblayage, raconte La Voix du Nord. En effet, depuis qu’elles étaient entrées dans cette catiche pour hiberner, l’accès avait été rebouché par un agriculteur.

Des murins emmurés

Ces murins doivent donc une fière chandelle au service des carrières souterraines de la ville de Lille et aux agents de la Métropole de Lille (MEL). En février, ces derniers, accompagnés par des membres de la CNMF, étaient tombés par hasard sur une petite colonie de ces chauves-souris, lors d’une expertise du réseau souterrain.

Les spécialistes de la faune identifient cette ancienne carrière comme un site d’hibernation pour des individus installés autour de Templeuve. Le souci, c’est que l’accès à cette carrière souterraine a été comblé. Un agriculteur avait dû, en effet, remblayer un trou dans son champ, en janvier. Trou par lequel passaient les chauves-souris.

Un passage ouvert « à coups de pelle »

« Il fallait intervenir rapidement pour rouvrir le site et permettre la sortie des chauves-souris à la fin d’hibernation, courant avril. Sans sortie, elles étaient condamnées à mourir à l’intérieur », racontent les membres de l’expédition sur le site Faceboook du CMNF.

L'opération de déblayage de la catiche pour libérer le passage aux chauves-souris.
L'opération de déblayage de la catiche pour libérer le passage aux chauves-souris. - CMNF

Avec l’accord de l’agriculteur, un passage a donc été rouvert « à coups de pelle », fin mars. L’équipe avait pu pénétrer par une autre entrée inaccessible aux chauves-souris. « Elles se portent bien, précise la CMNF à 20 Minutes. Elles sont toujours en hibernation et n’ont pas été dérangées par l’opération de sauvetage »

Des négociations s’engagent maintenant avec le propriétaire et les exploitants de la parcelle pour mettre le puits d’accès en sécurité. Un aménagement spécifique, sous forme de grille, est prévu.