Lille: Une association de solidarité accusée d'avoir détourné 590.000 euros

JUSTICE Trois membres de l'association Saffia, qui venait en aide aux femmes victimes de mariage forcée, comparaissaient, vendredi, devant le tribunal correctionnel de Lille...

Gilles Durand

— 

Le local de l'association Saffia, à Lille.
Le local de l'association Saffia, à Lille. — Google Maps

L’association a-t-elle trompé les services de l’Etat ? Trois membres de Saffia, une asso lilloise et roubaisienne de solidarité envers les femmes et familles de toutes nationalités, comparaissaient, vendredi, devant le tribunal de Lille. Ils étaient soupçonnés d’avoir détourné près de 600.000 euros d’argent public par le biais de demande de subventions.

Tout a commencé par un signalement Tracfin, en novembre 2013. L’organisme de contrôle des transactions internationales dénonçait des opérations financières atypiques, notamment « un blanchiment par acquisition immobilière ».

Un emploi fictif

Autre grief reproché : un emploi fictif occupé par le frère de la directrice et le paiement d’heures supplémentaires. Selon les enquêteurs de la police judiciaire, la directrice, qui travaillait de chez elle, recevait en salaire un tiers des financements de l’association, principalement issus de subventions de la ville de Lille, du conseil départemental du Nord et du conseil régional.

La difficulté, dans ce dossier, était de pouvoir déterminer les responsabilités de chacun au sein de l’association. La procureure semble l’avoir fait en réclamant, dans son réquisitoire, de la prison ferme, d’un à deux ans, pour les trois prévenus, la présidente, la directrice et un employé. La décision du tribunal sera rendue le 20 avril.