Lille: Un collectif demande aussi la démission de Gérald Darmanin, mais de la Métropole de Lille

TRANSPORTS Toujours vice-président à la Métropole de Lille, le ministre Gérald Darmanin fait l’objet d’une pétition qui réclame sa démission de la collectivité territoriale…

Gilles Durand

— 

Lille, le 12 mai 2014. Seance de nomination des vices-presidents a Lille Metropole Communaute Urbaine (LMCU). ici les deux vice-presidents Gerald Darmanin et Marc-Philippe Daubresse.
Lille, le 12 mai 2014. Seance de nomination des vices-presidents a Lille Metropole Communaute Urbaine (LMCU). ici les deux vice-presidents Gerald Darmanin et Marc-Philippe Daubresse. — M.Libert/20 Minutes

Cette fois, les affaires qui le visent ne sont pas en cause. Un collectif d’usagers des transports en commun lillois a prévu de manifester, vendredi, devant le siège de la Métropole de Lille, pour demander la démission de Gérald Darmanin.

>> A lire aussi: Des élus du Nord (plutôt de droite) volent au secours de Gérald Darmanin

Non de son poste de ministre de l’Action et des Comptes publics, mais de celui de vice-président de la sécurité et du contrôle d’accès dans les transports publics à la Métropole de Lille (MEL).

Une politique très sécuritaire

« Lorsqu’il s’occupait totalement des transports à la MEL, Gérald Darmanin a mis en place une politique très sécuritaire avec des hausses de tarif injustes pour les handicapés, les sans-emploi et les retraités. C’est inadapté, tant socialement qu’écologiquement », assure le porte-parole du collectif qui reproche aussi au vice-président l’installation « sans expérimentation » de portiques de sécurité « qui vont coûter 60 millions aux contribuables ».

>> A lire aussi : Darmanin assure, «les yeux dans les yeux», n'avoir «jamais abusé d'aucune femme» ni de son «pouvoir»

Une pétition a été lancée pour que Gérald Darmanin quitte ses fonctions à la MEL. « De toute façon, il était absent lors des trois derniers conseils métropolitains », dénonce le collectif. Le ministre avait décidé, fin novembre, de tirer un trait sur ses indemnités de vice-président, mais avait conservé la fonction, allégée de certains dossiers, à titre bénévole.

Par ailleurs, le collectif réclame « le doublement des rames de la ligne 1, promis initialement pour 2016 » et « la gratuité le 1er dimanche du mois ».