Somme: A près de 5 grammes d’alcool dans le sang, il se plante tout seul dans le décor

FAITS DIVERS Les gendarmes de la Somme ont interpellé leur nouveau champion de l’alcool au volant…

Mikaël Libert
— 
Les gendarmes ont été surpris de l'alcoolémie de l'automobiliste (illustration).
Les gendarmes ont été surpris de l'alcoolémie de l'automobiliste (illustration). — C. Allain / APEI / 20 Minutes

Ce n’est pas un record dont on peut se vanter. Mercredi dernier, les gendarmes de Villers-Bocage, dans la Somme, ont interpellé un homme qui venait d’avoir un accident de voiture.

Au test d’alcoolémie, le conducteur a fait monter le score à près de 5g/l de sang.

Il perd le contrôle tout seul

Les militaires sont intervenus, vers 18h30 mercredi, pour un accident matériel de la circulation sur la commune d’Ailly-sur-Somme. Un automobiliste a perdu le contrôle de sa voiture et s’est immobilisé dans un accotement après avoir tapé, à deux reprises le talus. Aucun autre véhicule que la Golf du mis en cause n’était impliqué dans l’accident.

>> A lire aussi : Alcool au volant, un taux à zéro, le vrai coup de frein à la mortalité routière?

A l’arrivée des gendarmes sur place, l’individu, âgé de 48 ans, était conscient et légèrement blessé. Les militaires se sont tout de suite doutés que l’homme était sous l'empire d'un état alcoolique mais sans se douter du taux très élevé qui sera révélé par la prise de sang.

Un taux record dans le département

A la brigade de gendarmerie, l’automobiliste a été soumis à un dépistage alcoolique. Le test était largement positif et une fois à l’hôpital, le mis en cause a eu droit à une prise de sang dont le résultat a de quoi faire frémir : 4,63 g/l de sang. « De mémoire de gendarme, on ne se souvient pas d’un taux aussi élevé dans le département », confie une source à la gendarmerie de Picardie.

>> A lire aussi : En Charente, un homme de 52 ans roulait avec 6,90 g d'alcool dans le sang

L’automobiliste a fait l’objet d’une rétention administrative immédiate de son permis de conduire pour une durée de six mois. Il sera ensuite convoqué devant le tribunal. Il encourt, outre une amende, jusqu’à l’annulation de son permis. Une peine qui serait synonyme de chômage pour ce chauffeur-livreur depuis que les permis blancs n’existent plus.