Lille: L'expulsion du camp de Roms était illégale

JUSTICE La ville de Lille et l’Etat viennent d’être condamnés par le tribunal pour avoir procédé à l’évacuation d’un campement sans décision judiciaire…

Gilles Durand

— 

Illustration d'un camp de Roms à Lille. (Archives)
Illustration d'un camp de Roms à Lille. (Archives) — M.Libert / 20 Minutes
  • En novembre 2017, la ville de Lille et la préfecture avaient procédé à l’évacuation d’un camp de Roms sans autorisation.
  • Le tribunal a condamné les deux autorités à verser 1.000 euros de dommages et intérêts à deux plaignants.
  • Une circulaire interministérielle prévoit de recenser les bidonvilles en France.

Une condamnation symbolique. La ville de Lille et l’Etat ont été condamnés, mardi, par le tribunal de grande instance (TGI), pour avoir expulsé illégalement des familles Roms, le long de l’Esplanade de Lille, le 3 novembre 2017, lors de la trêve hivernale.

Ce jour-là, la police nationale et municipale avait procédé à l’évacuation d’un camp de 17 personnes sans aucune décision de justice. Deux occupants avaient porté plainte pour voie de fait. Ils ont eu gain de cause et obtiennent chacun 1.000 euros de dommages et intérêts. « Ils obtiendront peut-être davantage si l’avocat décide de poursuivre l’action de justice au pénal », souligne le collectif Solidarité Roms.

>> A lire aussi : Un élu condamné pour avoir percuté à vélo un policier, lors d'une évacuation d'un camp de Roms

Néanmoins, le juge leur refuse le droit de se réinstaller sur ce terrain. Contactée, la ville de Lille indique simplement « prendre acte de la décision du TGI ».

Un plan national de relogement ?

« Sur le fond, nous considérons ce jugement comme un puissant rappel adressé aux pouvoirs publics quant au traitement à appliquer aux bidonvilles. Les occupants de ces installations précaires sont bien des habitants de nos cités », considère le collectif qui regrette que « Lille soit une des villes qui a connu le plus d’expulsions de campements, l’an dernier, sans résoudre le moindre problème ».

Une récente circulaire interministérielle va-t-elle faire évoluer la situation ? « Elle vise à résorber les bidonvilles sur 5 ans et à mettre sur pied un plan pour permettre le relogement », indique le collectif.

D’après lui, il existe environ 570 bidonvilles en France, dont 22 dans la métropole lilloise. A Lille, les deux plus importants, avec environ 150 personnes, se trouvent sur le carrefour Pasteur et près de la rue de Bavay, dans le quartier Moulins.