Hauts-de-France: Quand association ne rime plus avec subvention, dans l'environnement

ENVIRONNEMENT Plusieurs associations nordistes vont manifester, jeudi, à Lille, devant l’hôtel de Région pour protester contre la suppression de subventions…

Gilles Durand

— 

Lille, le 3 juin 2014. Le batiment du conseil regional du Nord Pas-de-Calais boulevard du president Hoover.
Lille, le 3 juin 2014. Le batiment du conseil regional du Nord Pas-de-Calais boulevard du president Hoover. — M.Libert/20 Minutes
  • Le conseil régional des Hauts-de-France a supprimé les subventions d’une trentaine d’associations liées à l’action sociale et à l’environnement.
  • Un collectif, « Vent d’assos » a décidé de manifester devant l’hôtel de Région pour protester.
  • La Région évoque des contraintes financières qui se sont soldées par la baisse de 40 % du budget de l’Environnement.

La révolte porte un nom : « Vent d’assos ». Jeudi, plusieurs associations ont prévu de donner de la voix devant l’hôtel de Région, à Lille, pour protester contre la suppression des subventions qu’elles ont subie depuis l’arrivée de Xavier Bertrand (DVD) à la tête du conseil régional des Hauts-de-France, en décembre 2015.

Cinquante emplois menacés

« L’an dernier, une trentaine de petites associations, qui œuvrent dans l’action sociale et l’environnement, se sont retrouvées sans aide de la Région qui avait pourtant promis une simple réduction, assure le porte-parole de Vent d’assos. Ça signifie le licenciement d’un ou deux salariés. En tout, ce sont une cinquantaine d’emplois qui sont ainsi menacés ».

Dans les Hauts-de-France, les associations portent un peu moins de 10 % des emplois, ce qui représente 165.000 postes. « La plupart n’ont qu’un ou deux salariés et sont subventionnées selon un prévisuel de manifestations », précise Vent d’assos.

Journées thématiques sur des sujets sensibles

Dernier exemple de disparition programmée : le Conseil scientifique de l’Environnement (CSE) dont la subvention annuelle de 35.000 € est passée à la trappe. Cette asso, qui regroupe, depuis 25 ans, une quarantaine de scientifiques et une dizaine d’experts (procureur, directeur d’hôpital…) bénévoles, organisait des journées thématiques pour mettre en lumière des sujets sensibles dans une région où les indicateurs environnementaux sont au rouge, que ce soit la qualité de l'air ou de l’eau.

« Il y a quelques années, par exemple, nous avions mis en garde les populations du danger à cultiver un jardin dans certaines zones polluées dans le parc régional de Scarpe-Escaut », raconte Jacques Coget, président du CSE.

Contraintes budgétaires

Mais pour la Région, cette association avait le handicap de n’être présente que sur les départements du Nord et du Pas-de-Calais. « En plus, elle faisait doublon avec le Conseil scientifique régional du patrimoine naturel, subventionné par l’Etat », explique la Région qui justifie ses coupes budgétaires par des finances contraintes.

« La situation financière était catastrophique, poursuit la collectivité territoriale. Le budget environnement a été réduit de 40 % l’an dernier et le sera encore de 20 % en 2018 ». De quoi inquiéter encore plus les assos qui militent pour les petits oiseaux.