Lille: Retour aux quatre jours d’école? Les parents d’élèves vont devoir choisir

EDUCATION La maire de Lille, opposée au retour des quatre jours d’école hebdomadaire, propose néanmoins cette option lors d’une consultation auprès des parents d’élèves à propos des rythmes scolaires...

Gilles Durand

— 

Illustration d'une salle de classe
Illustration d'une salle de classe — A. GELEBART / 20 MINUTES
  • La ville de Lille a choisi d’organiser une consultation auprès des parents d’élèves pour décider des nouveaux rythmes scolaires à la rentrée 2018.
  • Martine Aubry est opposée à la semaine des quatre jours, en se basant sur des rapports d’experts.
  • La ville de Dunkerque va aussi faire voter les familles concernées sur le même sujet.

Il va falloir choisir. La ville de Lille a décidé d’organiser une consultation, le samedi 3 février, à propos des nouveaux rythmes scolaires qui s’imposeront à la prochaine rentrée, en septembre 2018. En 2013, la ville avait positionné la 9e demi-journée, le samedi matin.

Opposition à la semaine de quatre jours

Chaque parent d’élèves pourra s’exprimer par vote sur le choix d’une semaine à quatre ou quatre jours et demi avec, dans ce dernier cas, une préférence pour le mercredi ou le samedi matin.

>> A lire aussi : Près d'un tiers des écoles primaires optent pour le retour à la semaine de quatre jours

Décision surprenante lorsqu’on sait que Martine Aubry reste farouchement opposée à la semaine des quatre jours. La maire de Lille se réfère à plusieurs rapports d’experts, dont celui de l’Organisation de coopération et de développement (OCDE) qui dénonçait, en septembre, le retour à la semaine des quatre jours considéré comme inadaptée à l’apprentissage à cause des journées d’enseignement trop longues.

Le ministre de l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer, lui-même, contestait l’intérêt de cette semaine de quatre jours, dans un rapport parlementaire de 2010, expliquant qu’avec cette décision, « le monde des adultes s’est entendu sur le monde des enfants ».

Débat brûlant sur le samedi

« En laissant le choix aux communes, le gouvernement a refusé de prendre ses responsabilités, explique Charlotte Brun, adjointe à la mairie de Lille, chargée de l’Ecole. Nous ne cachons pas notre préférence aux quatre jours et demi, mais dans le souci d’apaiser l’enjeu des rythmes scolaires, nous devions donner le choix complet aux parents d’élèves. »

Il est vrai que les cours du samedi matin ont été un sujet de débat brûlant, l’an dernier, dans certaines écoles lilloises. « Ce choix du samedi a été guidé dans le seul intérêt de l’enfant et il s’appuyait sur les études et les experts qui considéraient qu’il était plus respectueux des rythmes d’apprentissage », rétorque Charlotte Brun.

Depuis le mois de septembre, des réunions de concertation et des ateliers ont été organisés sur le sujet. « Toutes les conditions de réflexion ont été offertes aux 9.000 familles concernées », note l’adjointe.

Dans le Nord, la ville de Dunkerque propose, elle aussi, une votation des parents d’élèves pour décider ou non d’un retour à la semaine de quatre jours. Elle aura lieu le 26 janvier.