Nord: Traité comme un délinquant pour une dette d'essence de 50 euros chez Auchan

FAITS DIVERS Un Nordiste se retrouve inscrit au fichier des empreintes digitales après avoir oublié de régler une dette auprès de l'enseigne de grande distribution Auchan…

Gilles Durand

— 

La station service d'Auchan Englos.
La station service d'Auchan Englos. — Google Maps
  • Une panne du terminal de paiement avait empêché un commercial de Villeneuve d’Ascq de payer un plein d’essence chez Auchan.
  • Il a dû signer une reconnaissance de dettes auprès de l’enseigne de grande distribution.
  • Faute d’avoir été payé en temps et en heure, Auchan a lancé directement une procédure judiciaire.

Fiché comme délinquant à cause d’un appareil à carte bancaire défaillant. Gauthier a encore du mal à comprendre pourquoi son séjour au commissariat de police de Lomme, près de Lille, s’est aussi mal passé, le 1er décembre 2017.

Terminal de paiement en panne

L’affaire commence le 10 octobre à la station-service d’Auchan Englos. Ce commercial effectue le plein d’essence et se présente au guichet pour régler les 53,43 euros. « Problème, l’appareil de carte bancaire ne fonctionnait pas, le terminal de paiement était en panne, et comme je n’avais pas de liquide, je n’ai pas pu payer », assure-t-il.

Une solution finit par être trouvée, « après des formalités qui ont duré une heure », précise Gauthier, passablement énervé. Ce dernier doit signer une reconnaissance de dettes qu'il s'engage à honorer dans les 48 h. Mais voilà, oubli ou négligence (il habite Villeneuve d’Ascq, à une demi-heure d’Englos), la dette ne sera pas payée dans les temps.

« Grivèlerie d’essence »

Jusqu’à ce qu’il reçoive une convocation de la police, un mois et demi plus tard. Il est poursuivi pour « grivèlerie d’essence » et doit se présenter au commissariat de Lomme. « Je suis allé régler mes dettes chez Auchan avant de me rendre au commissariat. Je pensais que ce serait suffisant », explique-t-il.

Que nenni. Le voilà qui subit un interrogatoire pendant lequel on lui précise qu’il « a le droit d’être assisté par un avocat ». « Je suis resté quatre heures au commissariat. On m’a pris mes empreintes digitales et en photo avec la pancarte, comme un délinquant », s’insurge Gauthier qui reconnaît son erreur, mais regrette qu’Auchan ne l’ait pas relancé avant d’engager une procédure judiciaire.

Contactée, l’enseigne assure « avoir suivi la procédure habituelle, normale et légale ». « Nous laissons quinze jours pour que la personne vienne régler sa dette. Ensuite, nous transmettons le dossier à la justice sans faire aucune relance », avoue direction Auchan.

Par ailleurs, l’enseigne assure n’avoir aucune trace d’une panne informatique à propos d’un appareil à carte bancaire dans la station-service, le 10 octobre. « Pas de chance, j’avais un témoin avec moi ce jour-là », rétorque Gauthier à qui il reste une démarche à effectuer. « La police m’a dit que si la plainte était classée sans suite, je devais ensuite écrire au procureur pour que je sois sorti du fichier. Tout ça pour ça. »