Lille: La vidéo d’une fellation dans une boîte de nuit suscite un tollé

FAITS DIVERS Le film, diffusé sur les réseaux sociaux, d'un couple en plein ébats sexuels au Network suscite de nombreuses réactions...

Mikaël Libert
— 
La discothèque le Network, à Lille, au cœur de la polémique.
La discothèque le Network, à Lille, au cœur de la polémique. — M.Libert / 20 Minutes
  • Un couple filmé pendant un acte sexuel dans une boîte de nuit à Lille.
  • La vidéo a fait le tour des réseaux sociaux.
  • Le patron de la boîte a informé le procureur de la République.

Il y a des endroits pour faire ça. Dimanche soir, une jeune femme a été filmée alors qu’elle pratiquait une fellation au beau milieu d’une boîte de nuit lilloise, le Network, dans le quartier Massena.

L’auteur de la vidéo a enregistré la scène via l’application Snapchat. Sauf qu’au lieu de rester dans le cadre privé, le film a fait le tour des réseaux sociaux soulevant l’indignation de nombreux internautes choqués par la conduite du couple.

Rien ne disparaît, tout se transforme

La vidéo en question circule depuis dimanche, notamment sur Twitter, où l’on peut encore la retrouver sans trop de mal. A la base, le film avait été tourné sur Snapchat, un réseau social sur lequel les posts disparaissent au bout de 24h.

Les publications sont normalement privées, sauf lorsqu’elles sont placées dans une « story » ouverte. Auquel cas, n’importe quel utilisateur de l’application peut les visionner en passant par l’écran de géolocalisation de Snapchat. C’est vraisemblablement ce qui s’est passé pour la vidéo qui nous intéresse.

Fail ou volonté de diffuser la vidéo. Mystère. Quoi qu’il en soit, des dizaines de milliers de personnes ont ainsi pu voir un couple en plein ébat. Pas de doute sur le fait que les deux personnes étaient consentantes. Le problème est ailleurs pour les nombreux internautes qui ont réagi, parfois même violemment à cette exhibition sexuelle.



Face à la polémique, l’établissement lillois a réagi sa page Facebook : « La direction du Network condamne fermement ce type d’agissements, qui ne correspondent nullement aux valeurs de l’établissement, et n’entend pas laisser dire ou croire qu’elle aurait la moindre tolérance à cet égard », précisant que le procureur de la République de Lille avait été avisé de ces faits.Ces faits relèvent de l'exhibition sexuelle, un délit puni d’un an d’emprisonnement et de 15.000 euros d’amende.