C’est à Roubaix que sont gérés les réseaux sociaux de la fusée Ariane

RÉSEAUX SOCIAUX Une agence de communication roubaisienne est chargée de l’ensemble de la stratégie « social media » d’ArianeGroup…

Mikael Libert

— 

La fusée Ariane photographiée ici au salon du Bourget.
La fusée Ariane photographiée ici au salon du Bourget. — MEIGNEUX/SIPA
  • Une agence de Roubaix gère les réseaux sociaux de la fusée Ariane.
  • Ils ont rassemblé 370.000 personnes sur Facebook en 18 mois.
  • Community managers et ingénieurs travaillent en étroite collaboration.

Un client pas comme les autres. L’agence de communication On prend un café, basée à Roubaix, a décroché, début 2016, l’appel d’offres d’une entreprise un peu particulière : ArianeGroup. Pour la société nordiste, il s’agissait de développer toute la stratégie de communication sur les réseaux sociaux du fabricant de fusées spatiales.

On prend un café a été créée en 2009, à Roubaix, par un jeune homme originaire de Metz, Lionel Damm, et son professeur de l’époque à l’IMD de Roubaix. Partis à deux, ils se retrouvent aujourd’hui à la tête d’une trentaine de salariés. Le client Arianegroup, l’agence l’a remporté en répondant à un appel d’offres : « Nous n’avons aucun autre client dans le même domaine, c’est vraiment pour notre expertise des réseaux sociaux que nous avons été choisis », explique Lionel Damm, directeur associé de l’agence.

« Les fusées, l’espace, ce sont des domaines qui fascinent »

« Travailler pour ArianeGroup est très motivant. Les fusées, l’espace, ce sont des domaines qui fascinent et qui parlent à tout le monde, poursuit-il. Aujourd’hui, les passionnés sont très nombreux au niveau mondial et c’est intéressant de valoriser une fusée européenne auprès d’eux ». Depuis mai 2016, On prend un café a donc bossé pour créer une visibilité au fabricant de fusées sur différents outils en partant de presque rien. Le compte Facebook d’ArianeGroup compte désormais plus de 370.000 fans et le Twitter 73.500 followers.

>> A lire aussi : Le 5e tir de l'année de la fusée Ariane 5 annulé in extremis

L’équipe d’environ six personnes qui gère les différents réseaux travaille en étroite collaboration avec les ingénieurs d’ArianeGroup. « Une bonne partie des questions sur les réseaux viennent de passionnés qui sont très calés dans ce domaine et qui attendent des réponses très précises », glisse Lionel Damm.

A défaut d’aller dans l’espace, On prend un café est déjà allé tourner du contenu à Kourou, en Guyane, base de lancement de la fusée. « Nous devons d’ailleurs y retourner pour faire vivre à la communauté le lancement d’un satellite Galileo », confie le directeur associé. Ce ne sera néanmoins pas pour celui prévu le 12 décembre. L’autre gros rendez-vous est prévu pour 2020, avec le nouveau lanceur baptisé Ariane 6.