Amiens-Lille: Les regards étaient aussi braqués vers les tribunes

FOOTBALL Cette fois, le garde-corps du stade de la Licorne à Amiens a tenu...

Gilles Durand

— 

Les supporteurs de Lille avaient fait le déplacement à Amiens après l'accident du premier match.
Les supporteurs de Lille avaient fait le déplacement à Amiens après l'accident du premier match. — F. LoPresti / AFP
  • Les supporteurs lillois étaient finalement revenus nombreux au stade de la Licorne d’Amiens.
  • Ils avaient été victimes de l’effondrement d’un garde-corps dans leur tribune lors du premier match, fin septembre.

« Ce qui s’est passé est regrettable, mais ce qu’on a dit sur Amiens est dégueulasse ». Supporteur du Amiens SC, Olivier ne mâchait pas ses mots avant la rencontre à rejouer contre Lille, lundi soir. Ce match avait été arrêté le 30 septembre après l’effondrement d’un garde-corps d’une tribune, lequel avait provoqué la blessure de 29 supporteurs lillois.

Vexés par les commentaires

C’est dire si l’ambiance était particulière lors de ces retrouvailles qui ont finalement vu Amiens l’emporter largement (3-0) face à des Lillois apathiques.

Car si les fans lillois avaient été choqués par l’accident, ceux d’Amiens restent vexés après les commentaires qui ont dénigré le club. « Ça nous a beaucoup touchés. On avait l’impression d’être une équipe du tiers-monde. Alors que ce genre d’accident s’est déjà produit ailleurs », glissait Fabien, au milieu de son groupe de supporteurs amiénois.

« De l’histoire ancienne »

Mais pour Jean-Louis, « c’est de l’histoire ancienne ». « On espère que ça ne se reproduira plus, c’est tout », note-t-il. De leur côté, les quelque 400 supporteurs du Losc qui avaient refait le déplacement nourrissaient le même espoir. Un quart d’heure avant le début du match, une dizaine d’entre eux étaient même venus inspecter ce maudit garde-corps, petits coups de pied à l’appui.

Restait à savoir s’ils allaient prendre le risque de se précipiter à nouveau sur la barrière pour célébrer un but de leurs favoris. Ils n’en ont malheureusement pas eu l’occasion, les attaquants lillois étant restés désespérément muets.

Nouvelle désillusion, donc, dans les rangs nordistes. Cette fois, la blessure s’est focalisée dans le cœur, et non dans la chair. Ce n’est pas forcément la plus simple à guérir.