« Autour de Metaleurop, rien n'a bougé »

Recueilli par O. A. - ©2008 20 minutes

— 

Ernest Vendeville

Maire (Sans étiquette) de Courcelles-Les-Lens.

Pourquoi avez-vous interpellé Nicolas Sarkozy lors de sa visite de l'ancien site Metaleurop, il y a dix jours ?

Parce que je trouve que le territoire à l'extérieur de la fonderie a été complètement oublié. On a beaucoup fait pour l'usine, pour dépolluer les terrains et y réimplanter une activité économique. Ça, c'est formidable. Mais pour les alentours, en cinq ans rien n'a bougé !

Que demandez-vous ?

Les deux tiers du territoire de Courcelles sont considérés comme pollués. Jusqu'au 1er janvier, l'Etat aidait les propriétaires à dépolluer les sols, mais aujourd'hui il ne verse plus rien. Je ne veux pas que ma commune devienne un désert ! Les techniciens, les ingénieurs de Metaleurop sont partis avec la fermeture en 2003. J'ai dû fermer la piscine faute de moyens. Pour avoir des ressources, on a besoin de construire des maisons, d'accueillir les enfants dans les écoles sans risque de saturnisme. Pour cela, il faut nous aider à dépolluer.

Pourquoi ça n'avance pas ?

Je pourrais faire une expo avec tous les ministres qui sont venus et m'ont dit que ce n'était pas de leur responsabilité. J'ai vu plusieurs fois Roselyne Bachelot [ministre de la Santé] et Jean-Louis Borloo [ministre d'Etat du Développement durable]. Dans leur bureau, ils me disent qu'ils vont donner. Mais ensuite, rien ne vient. Maintenant, je m'en remets au Président, en qui j'ai confiance.