Lille: Sensibiliser a la sécurité routière dès le plus jeune âge

SECURITE ROUTIERE Des collégiens de la métropole lilloise ont participé à une opération de verbalisation des comportements à risque…

Mikaël Libert

— 

Les collégiens distribuent des cartons rouges.
Les collégiens distribuent des cartons rouges. — M.Libert / 20 Minutes

Attaquer le mal à la racine. Il est davantage difficile de changer les mauvaises habitudes que d’inculquer tout de suite les bonnes pratiques. Et c’est encore plus flagrant en matière de sécurité routière. Dans plusieurs villes de la métropole lilloise, des collégiens de quatrième bossent le Code de la route depuis la rentrée. Vendredi, ils sont entrés dans le vif du sujet en allant verbaliser les contrevenants.

Enfants, policiers et cartons rouges

Ils étaient environ 120 gamins des collèges de Roubaix, Villeneuve d’Ascq et Cysoing à débarquer, vendredi matin, sur la place de la République, à Lille. Vêtus de chasubles jaunes, ils se sont séparés en petits groupes et sont partis se poster aux différents carrefours. En plus des accompagnateurs scolaires, chaque équipe comptait un policier, un vrai, dans ses rangs.

Leurs cibles, les piétons et les cyclistes. « Il s’agit de leur faire comprendre que tous les usagers de la voie publique sont soumis à des règles. Rendre les enfants plus vigilants, même pour quelques semaines, c’est déjà beaucoup de risques d’accident en moins », explique un représentant de la Sécurité routière.

>> A lire aussi : Stage de sensibilisation ou amende, Roubaix innove en matière de sécurité routière

Au lieu de vraies amendes, les collégiens distribuent des cartons, rouges. Et Chloé, 13 ans, les distribue à tours de bras : « Il y a plein de piétons qui traversent au bonhomme rouge, et même des vélos qui roulent sur les trottoirs alors qu’ils n’ont pas le droit », assure-t-elle, tout en reconnaissant qui lui arrivait, « peut-être », de rouler elle aussi à vélo sur les trottoirs.

« Il n’a rien compris »

Maëlis, 13 ans, est dépitée. Elle vient de donner un rouge à un vélo qui en avait déjà pris un. « Il peut mettre les piétons en danger, il n’a rien compris », soupire-t-elle. Dans la foulée, Corentin, 12 ans, interpelle un cycliste avec des écouteurs sur les oreilles : « C’est dommage de risquer 135 euros d’amende alors qu’il pourrait acheter plein de trucs avec tout cet argent ».

Nicolas accompagne les enfants de Roubaix. Lui, il compte sur la transmission pour faire changer les comportements, : « Nous avons travaillé sur la sécurité routière avec les 4e depuis deux mois. Ils vont maintenant, à leur tour, sensibiliser les classes de 5e ».