Nord: Le braqueur Rédoine Faïd comparaît pour l'attaque d’un fourgon blindé en 2011

Justice Rédoine Faïd et Fabrice Hornec, figures du grand banditisme, vont être jugés, à partir de lundi, pour l’attaque d’un fourgon blindé près d’Arras, dans le Pas-de-Calais….

G.D. avec AFP

— 

Le braqueur présumé Rédoine Faïd arrive au tribunal de Lille escorté par la BRI, le 29 mai 2013. (Archives
Le braqueur présumé Rédoine Faïd arrive au tribunal de Lille escorté par la BRI, le 29 mai 2013. (Archives — M.LIBERT/20 MINUTES

Le braqueur Rédoine Faïd revient une nouvelle fois au tribunal. Avec cinq autres accusés, il est jugé, à partir de lundi, devant les assises du Nord, à Douai, pour l’attaque d’un fourgon blindé dans le Pas-de-Calais.

Avec un camion-benne

Les faits ont eu lieu le 17 mars 2011, au nord d’Arras. Trois hommes attaquent un fourgon blindé selon un plan minutieux. Ils rétrécissent la route grâce à un camion-benne dont le conducteur vient d’être séquestré, bloquant ainsi le fourgon des transporteurs de fonds. Les malfaiteurs, tous armés, font exploser le pare-brise et la porte arrière, emportent plus de deux millions d’euros et s’enfuient à bord de deux voitures volées.

>> A lire aussi : VIDEO. Redoine Faïd, parcours d’un anti-héros au service du crime

Deux mois plus tard, Rédoine Faïd est interpellé en compagnie de Saïd Agouni et d’un autre complice dans un snack à Villeneuve-d’Ascq, près de Lille. Fabrice Hornec est, quant à lui, déjà incarcéré pour avoir braqué un automobiliste et volé une trentaine de kilos d’or sur l’A1, quelques mois plus tôt.

Faïd et Hornec sont poursuivis pour vol en bande organisée avec arme, violences en réunion, séquestration et destruction du bien d’autrui. Ils ont toujours nié leur participation aux faits et assurent ne pas se connaître.

Les policiers le surnomment l’écrivain

Au moment des faits, Rédoine Faïd était en liberté conditionnelle et se présentait dans une autobiographie publiée en 2010 Braqueur, des cités au grand banditisme, comme un ex-délinquant, spécialiste des attaques de fourgons blindés. Il assurait avoir « tourné la page ».

Ses mémoires lui ont d’ailleurs valu d’être surnommé l’écrivain par les policiers. Son éloquence, rare dans le milieu du grand banditisme, promet un procès atypique.

Plusieurs condamnations à des peines lourdes

Rédoine Faïd a déjà été condamné, en avril 2016, à 18 ans de prison pour l’attaque d’un fourgon blindé qui a coûté la vie à la policière municipale Aurélie Fouquet. Il a martelé tout au long du procès qu’il n’avait « rien à voir » avec cette affaire. Assurant qu’il était bel et bien repenti, il a fait appel.

Il a ensuite été condamné à 10 ans de prison en mars 2017 pour sa spectaculaire évasion de la prison de Sequedin, dans le Nord, au cours de laquelle il avait pris quatre surveillants en otages arme au poing et fait exploser plusieurs portes à l’explosif.