Calais: Des migrants interpellés après avoir installé un barrage sur la rocade

FAITS DIVERS Cinq Erythréens ont été placés en garde à vue à Calais pour avoir constitué un barrage sur la route avec des troncs d’arbres…

G.D. avec AFP

— 

Illustration de réfugiés tentants d'entrer dans un camion le 2 septembre 2017, près de Calais.
Illustration de réfugiés tentants d'entrer dans un camion le 2 septembre 2017, près de Calais. — SIPA

Ils avaient installéun barrage sur la rocade menant au port de Calais. Cinq migrants érythréens ont été placés en garde à vue, dans la nuit de mardi à mercredi, a annoncé la préfecture du Pas-de-Calais.

« Un barrage constitué de troncs d’arbre a été établi sur la rocade Est nécessitant l’intervention rapide des policiers assistés des agents de la Direction interdépartementale des routes (DIR) », a indiqué à l’AFP un porte-parole de la préfecture du Pas-de-Calais.

Entrave à la circulation

« Cinq migrants de nationalité érythréenne ont été interpellés. Ils ont été conduits à la Police aux frontières (PAF) et placés en garde à vue pour entrave à la circulation et mis en danger de la vie d’autrui », a ajouté cette source.

>> A lire aussi : Presque tous les migrants évacués sont revenus à Grande-Synthe

Gilles Debove, du syndicat SGP Police-FO, a estimé que l’on était passé cette nuit « à deux doigts de la catastrophe en raison de l’épais brouillard et du nombre de camions bloqués sur l’autoroute » en raison du barrage monté par les migrants.

Le syndicaliste a également dit espérer l’arrivée prochaine de renforts policiers qui ont été annoncés, fin juin, par le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb lors de sa visite au port d’Europe continentale le plus proche des côtes anglaises.

« Le cauchemar recommence pour les Calaisiens »

« Nous espérons qu’il tiendra ses promesses car le cauchemar recommence pour les Calaisiens et les policiers », a expliqué Gilles Debove, en allusion aux barrages et aux rixes, comme celle du 21 septembre (sept blessés dont quatre par arme blanche, d’après les autorités).

Le 20 septembre, vers 2 h 30, des CRS et des agents de la DIR avaient également procédé au retrait d’un barrage constitué de troncs d’arbre sur la rocade portuaire, où étaient présents une centaine de migrants, d’après la préfecture.

De nombreux migrants, originaires notamment de la Corne de l’Afrique et d’Afghanistan, désireux de rallier l’Angleterre, tentent régulièrement de monter dans des camions qui prennent les car-ferries partant de Calais pour Douvres.