Stage de sensibilisation ou amende, Roubaix innove en matière de sécurité routière

SÉCURITÉ ROUTIÈRE La municipalité a monté une journée de contrôles routiers durant laquelle était proposée une alternative pédagogique à la sanction…

Mikaël Libert

— 

Un stage de sensibilisation à la sécurité routière pour éviter de payer une amende à Roubaix.
Un stage de sensibilisation à la sécurité routière pour éviter de payer une amende à Roubaix. — M.Libert / 20 Minutes
  • Les policiers municipaux et nationaux ont multiplié mercredi les contrôles sur les axes accidentogènes de Roubaix.
  • Au lieu de payer une amende, les automobilistes pouvaient assister à un stage de sensibilisation.
  • Non-port de la ceinture, téléphone au volant… Une quinzaine d’infractions mineures étaient concernées par le dispositif.

Ce mercredi, les usagers de la route roubaisiens ont vu fleurir aux quatre coins de la ville des contrôles de police. Une opération coup de poing de lutte contre l’insécurité routière peu banale puisque les contrevenants se voyaient proposer une alternative à l’amende et à la perte de points.

Une quinzaine d’infractions concernées

Entre 8 heures et 17h30, policiers municipaux et nationaux ont multiplié des points de contrôles sur certains axes particulièrement accidentogènes de Roubaix, tels que les rues de Lannoy, Epeule ou l’avenue des Nations-Unies. Si les agents étaient attentifs à toutes les infractions, certaines pouvaient néanmoins faire l’objet d’une « alternative à la sanction », explique Dominique Paulo, directeur de la prévention et de la sécurité.

>> A lire aussi : Roubaix ne veut pas demeurer la ville de l’insécurité routière

« En accord avec le procureur, une liste d’une quinzaine d’infractions a été déterminée comme pouvant entrer dans le dispositif. Il y a, entre autres, le non-port de la ceinture ou le téléphone », précise-t-il. Les contrevenants qui le souhaitaient pouvaient assister à un stage de sensibilisation et ainsi être exonérés de payer une amende.

C’est le cas de Dominico, 61, qui s’est fait attraper sans ceinture. « Ils ont raison de faire ça, la répression seule ne fonctionne pas », assure-t-il, bien content d’économiser 135 euros. « Avec certaines personnes, l’argent ne suffit pas à faire comprendre », estime pour sa part Cynthia, 26 ans, arrêtée pour avoir passé un coup de fil alors qu’elle était au volant.

Parler pour prendre conscience

« Ce stage, c’est aussi l’occasion d’un débat, les gens s’expriment. Souvent ils se trouvent des excuses, mais le seul fait de verbaliser les fait prendre conscience de leurs comportements au volant », remarque Ahmed Melikiche le coordinateur sécurité routière de la ville.

« Il faut mêler répression et prévention pour modifier les comportements, et commencer dès le plus jeune âge », poursuit Dominique Paulo. A l’image de ce jeune de 19 ans, arrêté au guidon d’un scooter sans gants. « Je ne savais même pas que c’était obligatoire, ni même qu’il fallait un permis pour rouler en scooter », reconnaît-il. On part de loin.