Lille: Dix ans de prison réclamés pour l’indic de la gendarmerie, Claude Hermant, dans le procès pour trafic d’armes

PROCES Le ministère public a demandé au tribunal de Lille de condamner Claude Hermant à dix ans de prison pour avoir organisé un trafic d’armes entre la Slovaquie, la Belgique et la France…

G.D. avec AFP

— 

La salle du tribunal, à Lille
La salle du tribunal, à Lille — M.Libert/20 Minutes
  • C’est la peine maximale qui a été demandée contre Claude Hermant.
  • Des armes de ce trafic ont servi dans l’attentat de l’Hyper Cacher en janvier 2015.

Claude Hermant risque dix ans de prison. C’est la peine maximale encourue, qui a été requise, ce vendredi par le parquet de Lille contre cet « indic » des douanes,puis de la gendarmerie. Il est poursuivi pour trafic d’armes en bande organisée, dont six ont servi à Amedy Coulibaly dans l’attentat de l’Hyper Cacher, dans un procès qui a commencé lundi.

En détention provisoire depuis plus de deux ans

Hermant, 54 ans, figure de l’extrême droite identitaire lilloise, en détention provisoire depuis janvier 2015, est le principal prévenu de cette vaste affaire portant sur environ 460 armes. Le ministère public a aussi demandé 150.000 euros d’amende à son encontre.

« Ce n’est pas seulement un trafic d’armes que vous jugez, c’est aussi l’immense escroquerie des déclarations de Claude Hermant », a dénoncé le magistrat Jean-Philippe Navarre lors de son réquisitoire vendredi.

Les passages à la barre de gendarmes mercredi, malmenés sur un éventuel « blanc-seing » donné à Hermant, et d’un douanier jeudi, soupçonné d’en avoir profité pour lui acheter une arme, ont jeté le trouble sur le rôle des forces de l’ordre et facilité la défense du prévenu.

Les nécessités de sa mission d’informateur

Hermant a ainsi plusieurs fois invoqué les nécessités de sa mission d’informateur et d’infiltré pour justifier les achats d’armes démilitarisées en provenance d’Europe de l’Est, et leur remilitarisation.

Les dix prévenus, « à chaque fois qu’ils faisaient quelque chose de répréhensible, ils se sentaient couverts par la loi et leur statut d’informateurs », a critiqué Cyndra Celino, l’autre magistrat du parquet.

Le spectre de l’attentat de l’Hyper Cacher

Le spectre omniprésent au procès del’attentat de l’Hyper Cacher a ressurgi dans la bouche de Jean-Philippe Navarre : « On peut importer par petites quantités et non pas par containers, mais nous savons malheureusement qu’avec seulement des dizaines d’armes, on peut faire des centaines de morts ».

>> A lire aussi : Procès de trafic d'armes à Lille, Claude Hermant, source «intéressante pour les trafics de stup»

Six armes, dont des pistolets Tokarev, ont fini dans les mains du djihadiste Amedy Coulibaly qui a assassiné en janvier 2015 quatre personnes dans un Hyper Cacher à Paris, avant d’être tué. La veille, il avait tué une policière municipale à Montrouge.

Par ailleurs, six ans de prison et 100.000 euros d’amende ont été requis contre Samir Ladjali. Ce dernier est soupçonné d’avoir fourni les armes à Amedy Coulibaly, en tant qu’intermédiaire. Il est d’ailleurs également poursuivi – contrairement à Claude Hermant – dans un autre dossier judiciaire parisien concernant l’attentat de l’Hyper Cacher.

Le procès doit s’achever samedi. La décision devrait être rendue la semaine prochaine.