#20MINUIT. Lille: Le secteur Masséna-Solférino toujours aussi préoccupant pour la police

VIE NOCTURNE Rebaptisée « rue de la Soif », la rue Masséna continue de focaliser le débat sur la vie nocturne à Lille…

Gilles Durand

— 

La rue Massena à Lille.
La rue Massena à Lille. — M.Libert/20 Minutes
  • La situation dans le secteur Masséna-Solférino reste inchangée, selon la police.
  • Une charte de la vie nocturne avait été imposée en 2014.

20 Minutes est partenaire de la Conférence nationale de la vie nocturne qui se tient à Paris, jeudi et vendredi. A cette occasion, nous avons décidé de nous intéresser aux activités, pratiques, modes de consommation, etc. liés à la nuit.

Voilà plus de deux décennies que ça dure. Dans les années 1990, la rue Masséna et une partie de la rue Solférino, à la frontière entre le centre-ville et le quartier de Wazemmes, sont devenues « les rues de la Soif ». Peu à peu, les bars ont conquis l’espace et le lieu est devenu le rendez-vous nocturne des étudiants à Lille.

Une charte de la vie nocturne

Depuis, le secteur fait régulièrement l’objet d’une attention particulière vis-à-vis des nuisances sonores, mais aussi en termes de sécurité. En 2014, la mairie de Lille avait revu la charte de la vie nocturne en restreignant notamment les heures d’ouverture tardives et en annonçant la création d’une brigade de la vie nocturne.

La maire de Lille, Martine Aubry, avouait à l’époque l’échec des opérations de sensibilisation et de prévention et elle accusait les cafetiers de laisser les gens s’alcooliser, reconnaissant que la vie nocturne s’était dégradée dans sa ville.

Entre 2011 et 2014, 32 fermetures administratives d’établissements avaient été imposées et pas moins de 5.800 amendes pour tapage nocturne dressées contre des particuliers ou des professionnels. Soit plus de cinq par jour !

« La situation reste inchangée »

Cette charte était censée mettre fin aux débordements constatés dans ce secteur régulièrement épinglé aussi dans la rubrique faits divers. A chaque semaine son lot d’agressions, de vols à la danse ou d’interpellations à la chaîne d’individus pour bagarre.

>> A lire aussi : Le vol à l'arraché est interrompu par une patrouille

Pourtant, la Direction départementale de la sécurité publique (DDSP) estime qu’aujourd’hui, « la situation reste inchangée, malgré les passages réguliers des patrouilles déployées sur ce secteur ».

Impossible, néanmoins, d’avoir des données précises car les logiciels de la police « ne permettent pas d’établir de statistiques sur les rues ou quartier précisément », souligne la DDSP.

Pour un patron de bar de la rue Masséna, «les étudiants sortent plus tôt des bars. Mais ils restent dans les parages et se rabattent sur les discothèques qui, elles, peuvent fermer beaucoup plus tard. Ça ne change rien au problème.»

Enlevées en pleine rue

Mais en 2016, par exemple, l’insécurité avait atteint des sommets : dix-sept personnes avaient été enlevées en pleine rue pour être dépouillées dans la campagne alentour. Des suspects avaient fini par être arrêtés.

>> A lire aussi: Les fêtards étaient enlevés en ville et dépouillés dans un champ

« On fait un peu plus attention à tout ça lorsqu’on sort, témoigne une étudiante qui fréquente les lieux. C’est vrai qu’on doit souvent appeler les flics pour des bagarres. »