Lille: La braderie, restreinte et hautement surveillée, est loin de faire le plein

TRADITION La braderie de Lille version 2017 n’a pas attiré la même foule que d’habitude…

Gilles Durand
— 
Même les bébés participent aux achats.
Même les bébés participent aux achats. — G. Durand / 20 Minutes

Beaucoup moins d’exposants et de badauds, la grande braderie de Lille version 2017 est loin d’attirer les quelque 2 millions de visiteurs de naguère. Aux alentours de midi, ce dimanche, plusieurs zones de brocante comportaient de nombreux trous entre les stands et la circulation dans les rues était d’une fluidité inhabituelle.

Des rues parfois très vides.
Des rues parfois très vides. - G. Durand / 20 Minutes

Périmètre restreint

La peur des attentats avait contraint la ville de Lille et la préfecture du nord à mettre en place un périmètre restreint et à augmenter encore le niveau de sécurité pour que cette braderie se tienne.

Environ 3.600 personnels des forces de l’ordre ont été mobilisés et une trentaine de points d’entrée étaient installés. « Il n'y a pas beaucoup de monde, confirme un restaurateur du centre-ville. Mais ce n’est pas catastrophique ». Un autre suggère : « Il faudrait peut-être que la mairie permette à nouveau à des personnes extérieures à la ville de s’installer pour avoir davantage de stands ».

« C’est la fin de la plus grande braderie d’Europe »

Du côté du Champ de Mars, un endroit traditionnel et très prisé des bradeux prisés, beaucoup de brocanteurs -qui ont dû s’acquitter de 250 euros pour s’installer- étaient plutôt chagrin. « C’est la fin de la plus grande braderie d’Europe. Lille va devenir une braderie comme une autre », souligne un habitué.


Seul point positif pour ce visiteur venu de Belgique, l’absence des vendeurs ambulants : « C’était devenu n’importe quoi sur le boulevard de Liberté. En tout cas, on retrouve l’esprit de la braderie, même s’il y a très peu de stands. »