Guillaume Bouiges (à droite) et son directeur de la photographie, Marc Durand (à gauche) ont écrit la web-série ensembl.
Guillaume Bouiges (à droite) et son directeur de la photographie, Marc Durand (à gauche) ont écrit la web-série ensembl. — Symphony for the Earth

CULTURE

Nord: Un apprenti cinéaste lance une web-série de science-fiction avec les moyens du bord

Autodidacte de presque 30 ans, Guillaume Bouiges a filmé son projet dans la campagne du Nord…

  • Un Valenciennois a réalisé une web-série de science-fiction.
  • Le premier épisode de Symphony for the earth est sorti le 15 août, sur Youtube

Il a commencé à l’écrire en janvier 2016. Guillaume Bouiges a postéle premier épisode* de sa web-série, le 15 août. En quinze jours, Symphony for a new earth a enregistré plus de 1.000 vues sur Youtube. Elle raconte l’histoire de Louri, le dernier enfant humain en vie. Alors qu’il habite sur une autre planète avec son protecteur, Timo, et des amis extraterrestres, le jeune garçon voit arriver les ennuis. Le réalisateur valenciennois revient avec 20 Minutes sur le tournage de son projet.

>> A lire aussi : Facebook vous transforme en roi des Marcheurs Blancs de «Game of Thrones»

Comment vous est venue l’idée de faire une web-série ?

On a commencé l’écriture en janvier 2016 avec mon directeur de la photographie, Marc Durand. Parmi mes films précédents, j’avais déjà fait un long-métrage de 3 heures. Seulement, ce genre de film n’est pas facile à diffuser. C’est pour cette raison que j’ai décidé de passer au format web.

Il s’agit d’une web-série de science-fiction avec notamment des effets spéciaux. Comment les avez-vous réalisés ?

J’ai fait les effets spéciaux sur mon PC, tout seul, comme un grand. Avant je misais beaucoup sur eux. Sauf que je n’avais pas les mêmes moyens que nos amis outre-Atlantique [Etats-Unis]. Cette fois, on a décidé de les limiter, de les faire très courts pour ne pas laisser le temps de voir les défauts. De la même manière, j’en ai eu marre des fonds verts qui, je trouve, n’ont pas un rendu très fidèle de la réalité. Tout a été tourné dans des décors naturels, ou que nous avons construits.

L’une des caractéristiques de la série est d'être tournée en anglais, pourquoi ?

On a décidé de tourner en anglais pour pouvoir exporter la web-série. Evidemment, les acteurs n’ont pas un anglais « english native » mais ça correspond à l’histoire. Le père de Louri était russe, sa mère française, il a été élevé par un ingénieur mécano japonais. Ensuite, il y a les autochtones qui parlent un mélange d'indien Cherokee de Google Trad, et de khmer. Le langage est un personnage à part entière dans la série.

>> A lire aussi : Secrets de tournage en vidéo. En vrai, Andy Serkis ne fait pas le singe à la maison

Vous avez tourné essentiellement dans le Nord, c’était voulu ?

Si je le pouvais, est-ce que j’aimerais tourner en Islande ? Oui, évidemment. Mais, d'abord, Game of Thrones a déjà investi toute l’île. Ensuite, les moyens ont fait que nous sommes restés dans le Nord. Nous avons tout tourné à Valenciennes, Cambrai et Bouchain. Ça me plaît de mettre en valeur le patrimoine régional. Durant l’écriture, on savait déjà dans quels lieux on allait tourner.

* Ceux qui voudraient déjà connaître la suite devront attendre le 1er septembre pour pouvoir regarder le deuxième épisode. Guillaume Bouiges, lui, est déjà en train d’écrire la deuxième saison.