Certains élève en situation de handicap nécessitent un accompagnement aidant en classe. (Illustration
Certains élève en situation de handicap nécessitent un accompagnement aidant en classe. (Illustration — C. Allain / APEI / 20 Minutes

SOCIETE

Lille: L'accompagnement des élèves handicapés à la rentrée ne met pas tout le monde d'accord

Le Collectif citoyen Handicap s’inquiète de la baisse d’accompagnants d’élèves handicapés alors que le gouvernement affirme qu’il y en aura davantage…

« Que vont-ils devenir ? ». A une semaine de la rentrée, l’accompagnement des enfants en situation de handicap préoccupe le Collectif citoyen Handicap (CCH). D’après l’organisme, 687 postes d’accompagnants d’élèves en situation de handicap (AESH) ont été supprimés dans l’académie de Lille, pour la rentrée.

>> A lire aussi : Quel est le bilan du quinquennat Hollande sur la scolarisation des élèves handicapés?

« Nous sommes au milieu d’une très grosse pagaille » constate Jean-Luc Duval, président du CCH. Très inquiet, il est persuadé que beaucoup d’enfants en situation de handicap ne pourront pas faire leur rentrée en septembre, faute de personnel aidant suffisant.

Davantage d’accompagnants d’après le gouvernement

Pourtant, Sophie Cluzel, secrétaire d’Etat chargée des personnes handicapées, a récemment déclaré que 80.000 accompagnants seraient mobilisés pour les élèves handicapés. Dans ce cas, qui dit vrai ? D’après le collectif, ce chiffre a été gonflé, car il inclut les deux semestres à venir.

« Les auxiliaires de vie scolaire (AVS) sont des contrats aidés, ils fonctionnent par semestre. C’est-à-dire qu’au fur et à mesure de l’année, certains contrats arriveront à expiration et ne seront pas renouvelés. Sophie Cluzel n’a aucune idée du nombre d’AVS dont elle a besoin », reproche Jean-Luc Duval.

>> A lire aussi : Contrats aidés, les plus éloignés de l'emploi seront «ciblés», affirme Pénicaud

« Le handicap est une priorité »

Mais le rectorat de Lille affiche la même position que le gouvernement et contredit la suppression d’accompagnants des élèves en situation de handicap (AESH) à la rentrée. D’après Luc Johann, recteur de l’académie de Lille, rien n’a été supprimé et une partie des contrats aidés ont été convertis en 460 nouveaux postes d’AESH, des emplois « plus pérennes ».

>> A lire aussi : Mère d'une fille atteinte de trisomie, militante... Qui est Sophie Cluzel, secrétaire d'Etat chargée des personnes handicapées?

Toujours d’après le rectorat, 40 % des 24.000 élèves de l’académie de Lille en situation de handicap, sont en inclusion pleine et totale en classe. 73 % de ceux qui ont besoin d’une aide sont accompagnés.

« Un calendrier chiffré demandé »

A partir du 18 septembre, le CCH installera un camping permanent, devant le ministère de la Santé, afin de faire avancer les choses, sur la situation globale du handicap en France. Tous les jours, des familles se relaieront pour en assurer la garde. « Nous voulons un calendrier chiffré. Et pas que des propositions, mais aussi des règlements du problème », conclut le président du CCH.