Le Touquet: Priés de rengainer leur fusil près de la villa présidentielle, les CRS grognent

SÉCURITÉ Au Touquet, les CRS sont priés de laisser leur fusil d'assaut de côté lorsqu'ils patrouillent près de la résidence secondaire des Macron...

Olivier Aballain

— 

Emmanuel Macron au Touquet (Pas-de-Calais) en juin 2017
Emmanuel Macron au Touquet (Pas-de-Calais) en juin 2017 — SIPA
  • Emmanuel et Brigitte Macron disposent d'une résidence secondaire au Touquet.
  • Suite à des inquiétudes exprimées par des riverains, les CRS qui sécurisent les lieux sont priés de remiser leurs fusils d'assaut.

Au Touquet, on est prié de laisser son gros calibre dans le fourgon. Les agents de la Compagnie républicaine de sécurité (CRS),en charge de surveiller les abords de la villa présidentielle, ont reçu la semaine dernière une consigne qui les fâche.

>> A lire aussi : Le Touquet s'adapte à Emmanuel Macron, son nouveau «Président-résident» de la République

Selon RTL, la hiérarchie leur demande désormais de laisser leur fusil d’assaut dans les véhicules, afin de ne pas incommoder les riverains. « Cela pose un problème pour la sécurité du président, et bien sûr aussi pour celle des agents, dont on a vu en 2015 qu’ils pouvaient avoir à faire face à des terroristes surarmés et suréquipés », regrette Fabrice Ledoux, représentant CRS au syndicat Alliance-Police Nationale.

Une arme puissante… et « adaptée » à la menace

Brigitte Macron, épouse du président de la République, dispose d’une maison de famille au centre de cette station balnéaire huppée du Pas-de-Calais. Le couple présidentiel s’y offre régulièrement quelques jours de répit. La résidence et ses abords font par conséquent l’objet de mesures de sécurisation adaptées, depuis l’élection d’Emmanuel Macron, en mai.

Selon nos informations, une demi-compagnie de CRS (environ 40 hommes) y est ainsi stationnée 24h/24, armée du fameux fusil HK G 36 dont les agents ont été équipés à la suite des attentats de 2015.

Le fusil d'assaut HK G36
Le fusil d'assaut HK G36 - DomoK, GNU FDL / Wikimedia

« C’est une arme puissante, adaptée à la menace que représentent les terroristes, et au maniement de laquelle les hommes ont été formés », explique Fabrice Ledoux.

Les fonctionnaires ont été invités à ne sortir qu’armés de leur pistolet automatique

Oui, mais ce fusil d’assaut fait apparemment mauvais genre dans les rues de la station balnéaire. En amont de la venue du couple présidentiel, vendredi 25 août, les fonctionnaires ont donc été invités à ne sortir qu’armés de leur pistolet automatique Sig Sauer. « Et ce, alors que des militaires armés de fusils et gilets pare-balles patrouillent à cinquante mètres de là », s’étonne Fabrice Ledoux.

Contactée par RTL, la préfecture du Pas-de-Calais assure, quant à elle, que l’arme reste bien à disposition dans les véhicules, en cas de besoin. A Lille, le secrétaire régional d’Alliance, Bruno Noël, estime que cette consigne de discrétion s’inscrit dans une tendance plus générale : « On préfère soigner l’image plutôt que de laisser les collègues faire leur boulot. A ce niveau-là ce n’est pas un problème de moyens ou de matériel, mais d’utilisation de ces moyens. On verra bien ce que ça donnera lors des manifestations du mois de septembre… »