Lille: Et si la voiture devait rester au garage à cause de la pollution…

POLLUTION L’épisode de pollution atmosphérique qui s’installe sur la métropole lilloise pourrait déclencher bientôt une mesure de circulation différenciée…

Gilles Durand

— 

Les prévisions de pollution atmosphérique de ce lundi.
Les prévisions de pollution atmosphérique de ce lundi. — Capture d'écran - Atmo
  • Un épisode de pollution atmosphérique s’installe depuis samedi sur la métropole lilloise.
  • La préfecture du Nord n’a pas encore déclenché la circulation différenciée.
  • Le seuil d’alerte pourrait être maintenu dans les prochains jours.

La pollution atmosphérique s’installe dans la métropole lilloise mais la circulation alternée, pas encore. Alors qu’un épisode de pollution aux particules fines sévit depuis samedi, la préfecture du Nord n’a pris, pour l’instant, que des mesures de « recommandation » concernant la circulation.

Pourquoi une telle lenteur ?

« Rien ne justifie qu’il faille attendre plusieurs jours avant de commencer à prendre des mesures », dénonce Sandrine Rousseau, secrétaire nationale adjointe d’EELV, dans un communiqué, repris par La Voix du Nord. Pourquoi une telle lenteur, dénoncée par les écologistes ?

>> A lire aussi : Une plainte déposée contre L’État pour la mauvaise qualité de l'air

En juillet, la préfecture du Nord avait, en effet, annoncé la mise en place de la circulation différenciée, grâce aux vignettes Crit’Air, au prochain pic de pollution. Reste à définir ce qu’on appelle « pic de pollution ». Tout est une question de seuil.

Une moyenne juste en dessous du seuil d’alerte

Selon les règles qu’elle s’est fixées, la préfecture doit déclencher des mesures d’urgence en cas de pollution aux particules fines (PM10), « dès lors qu’il est prévu que le premier seuil soit franchi pendant deux jours », soit 50 µg/m³ pour les PM10.

Or, samedi et dimanche, le seuil, en moyenne journalière, n’a pas été dépassé (47 µg/m³, par exemple, dimanche). « On est autour de 70 µg/m³ le matin, mais ça redescend autour de 20 l’après-midi », précise Atmo, l’organisme chargé de mesurer cette pollution.

Ce lundi était donc le premier jour où Atmo prévoyait de dépasser les fameux 50 µg/m³. Ce qui se traduit par le chiffre 8 sur l’échelle de la pollution. Pour la préfecture, le niveau d’alerte n’est donc pas atteint tant que ce chiffre 8 n’apparaît pas deux jours de suite. Et tant pis si on commence à tousser à côté des grands axes routiers.

Risque de pollution à l’ozone

« Nous sommes actuellement au niveau recommandation », précise la préfecture. C’est-à-dire que les automobilistes sont invités à baisser leur vitesse de 20 km/h. Et demain, mardi ? Atmo prévoit le maintien du seuil de pollution, mais qui doit osciller entre 7 et 8. Il n’est donc pas certain que le préfet déclenche enfin la circulation différenciée. Même si, comme le note Atmo, « il y a aussi un risque de pollution à l’ozone qui apparaît mardi ».

>> A lire aussi : Le «ticket pollution», ça coûte combien à la métropole de Lille?

Du côté de la Métropole de Lille (MEL), on attend la décision préfectorale pour mettre en place le ticket pollution. Cette mesure permet de prendre les transports en commun toute la journée en ne validant qu’un seul voyage. Et de réduire ainsi les émissions de particules dues à la circulation des véhicules.