Lille: Mère et fille à la tête d'une marque de vêtements

MODE L’une coud ce que l’autre dessine, dans des chutes de tissus de grandes maisons de couture…

Julie Goujon

— 

Marie et Nathalie ont lancé leur marque de vêtement en septembre 2016.
Marie et Nathalie ont lancé leur marque de vêtement en septembre 2016. — Loudmilla Ibwala
  • Marie, 26 ans, et sa mère Nathalie, 50 ans, ont créé une marque de vêtements
  • L'enseigne se veut simple, artisanale et de bonne qualité

Un duo qui fonctionne bien. Marie Dewet a 26 ans, sa mère, Nathalie, en a 50. La première dessine les vêtements, la seconde les réalise, seule, dans son atelier de couture. Il y a tout juste un an, le binôme a fondé sa marque de vêtements, MaisonCléoAvec des pièces qui se veulent uniques, parfois sur-mesure, made in France et artisanales, l’enseigne a déjà trouvé ses clientes. 20 Minutes a rencontré la créatrice.

>> A lire aussi : Colette, temple de la hype et des fashionistas, va fermer ses portes

La couture, une affaire de famille

Marie Dewet est née dans une famille où la couture pourrait presque être une coutume. Son arrière-arrière-grand-mère possédait sa propre maison de couture. Sa grand-mère était couturière, et sa mère a naturellement pris le relais. « Lorsque nous étions petites, ma mère nous cousait nos vêtements à ma sœur et moi », raconte Marie Dewet.

In the AGNÈS white blouse with puffed sleeves ☀️☀️☀️ #summevibes #madeinfrance #bymumandI 🇫🇷

A post shared by MaisonCléo (@maisoncleo) on

Aussi, il y a deux ans, lorsqu’elle ne parvient pas à trouver la robe qu’elle veut porter pour Noël, elle demande à sa mère de l’aider. « J’ai dessiné vite fait ce que je voulais sur un bout de papier, et deux heures après, elle me l’avait faite. Ça m’a donné l’idée », se souvient-elle.

A chacune sa tâche

Le budget n’est pas énorme, alors pour créer leurs vêtements, mère et fille utilisent les restes de tissus des grandes maisons. 100 % laine, 100 % coton, 100 % soie… hors de question pour Marie d’utiliser des matières synthétiques. Une fois qu’elle sait quels tissus seront disponibles, elle dessine « [ce qu’elle voudrait] porter ». Ses inspirations ? « J’aime tout ce qui est ringard, vintage. Je m’inspire beaucoup des années soixante-dix ou quatre-vingt ».

Nathalie coud ensuite l’habit dans son atelier, à Calais, parfois en sur-mesure. Par semaine, elle parvient à produire 20 à 25 pièces. Diplômée de l’ISTC (Institut des Stratégies et Techniques de Communication) de Lille, Marie s’occupe de la communication de la marque, notamment très active sur Instagram.

On reste au format familial

MaisonCléo est pour l’instant une entreprise à taille humaine, et Marie compte bien conserver cette identité. « Je ne veux pas faire faire par un atelier. C’est aussi ça qui plaît aux acheteuses, le fait que ce soit une seule couturière qui réalise ses pièces. Et les prix raisonnables sont applicables seulement parce que nous n’avons pas d’intermédiaire », explique la créatrice.

>> A lire aussi : La Fashion Week pour les nuls

Pas question non plus d’oublier ses racines : la chemise Julie, qui sortira en septembre, a été immortalisée sur un modèle attablé à la Brasserie André, rue de Béthune.